Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports
Dossier : Le pourquoi du comment

Tennis féminin : les matchs en cinq sets, une question d'égalité ?

-
Par , France Bleu Auxerre

Pendant les tournois de tennis du Grand Chelem (Roland-Garros, Wimbledon, US Open et Open d'Australie), les hommes jouent au meilleur des cinq manches alors que les femmes disputent des matchs en deux sets gagnants. Comment explique-t-on cette différence ?

Entre 1984 et 1998, la finale des masters féminin de tennis se disputait au meilleur des 5 manches.
Entre 1984 et 1998, la finale des masters féminin de tennis se disputait au meilleur des 5 manches. © Maxppp - Sylvestre

Bourgogne-Franche-Comté, France

Pourquoi les femmes passent-elles moins de temps sur les courts ?

À première vue, on pourrait se dire que la limite est peut-être physique. En tous cas, c'est ce que défendait en 2014, la joueuse française Marion Bartoli dans une interview à BBC World : "les femmes n'ont tout simplement pas les mêmes capacités physiques que les hommes, c'est humainement impossible", estimait-elle alors. Pourtant, si on remonte le temps, l'ancêtre de l'U.S Open a fait jouer aux femmes des rencontres en 3 sets gagnants de 1891 à 1901. 

Pourquoi les femmes passent-elles moins de temps sur les courts pour le tournois du Grand Chelem?

Plus près de nous, entre 1984 et 1998, la finale du master féminin se disputait au meilleur des 5 manches. Ça a donné parfois des face à face de haute volée. En 1990, Monica Séles, originaire de l’ex-Yougoslavie, remporta au bout de 3h47 son match contre l'Argentine Gabriela Sabatini. Un match qui désormais appartient à la légende.

Un problème d'enthousiasme du public

Les organisateurs des tournois du Grand Chelem ont souvent fait valoir des arguments  de planning. Des matchs plus longs créeraient des embouteillages dans les tableaux déjà surchargés. Mais ce qui ferait vraiment pencher la balance, c'est le manque d'enthousiasme du public.

Les matches de tennis féminin font un peu moins recette, mais ce sont surtout les audiences télé qui ne sont pas à la hauteur. L'an dernier, la finale féminine des internationaux de France remportée par Simona Halep a réunis 1,7 millions  de téléspectateurs quand le 11ème sacre de Rafael Nadal en a rassemblé 3,8 millions. Dans ces conditions, pourquoi faire durer le plaisir ?

L’idée de faire jouer les filles au meilleur des cinq sets n'est pas définitivement abandonnée

Régulièrement, l'idée de faire jouer les filles au meilleur des 5 sets revient et ce sont parfois les hommes qui montent au créneau. En 2012, Gilles Simon estimait que comme les vainqueurs de tournois du Grand Chelem gagnent la même chose, hommes ou femmes, il serait logique que les filles passent autant de temps que les garçons sur le court.

Des joueuses aussi militent pour qu'au moins la finale de ces tournois majeurs se joue en trois sets gagnants, qu'il s'agisse d'anciennes championnes comme Martina Navratilova ou de joueuses en activité comme Serena Williams.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu