Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Test dans les Alpes pour un record du monde en roller ski

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu
Isère, France

Titulaire d’un premier record mondial de roller ski l’an dernier, l’Isérois Jean-Paul Couturier prépare un nouvel exploit. Il réalise un test ce week-end des 24 et 25 juin, dans les Alpes.

Montées en roller ski, descentes à vélo, Jean-Paul Couturier enchaîne les grands cols.
Montées en roller ski, descentes à vélo, Jean-Paul Couturier enchaîne les grands cols. - Jean-Paul Couturier

L'été dernier, un Isérois, Jean-Paul Couturier, établissait le record du monde de roller ski en 24 heures, en franchissant 477 km de Rives à Saint-Gervais. Il prépare pour 2018 une nouvelle performance : 48 heures non-stop sur un parcours enchaînant les plus grands cols des Alpes. Ce week-end, il réalise un premier test avec son équipe de soigneurs et suiveurs. Parti samedi à midi d'Allemont, il a mis le cap sur Beaufort, en Savoie, qu'il devrait atteindre aux alentours de midi ce dimanche.

12.000 mètres de dénivelé en 24 heures

Ce premier test, c'est une distance de quelque 300 km avec plus de 12.000 mètres de dénivelé en passant par les cols de la Croix de Fer et de la Madeleine. Les montées, Jean-Paul Couturier les grimpe à roller ski. Un modèle à trois roues, équipées d’un système anti-retour adapté aux montées. Les descentes, il les fera à VTT, par souci de sécurité. « En skis à roulettes, on pourrait le faire, mais ça serait trop dangereux, surtout dans des grands cols comme ça, il faudrait fermer les routes, et puis même je ne serais pas sûr d’arriver en bas, surtout avec la fatigue ». Car pour cet essai, le trajet n’est pas fermé à la circulation. Jean-Paul Couturier dispose pour le sécuriser d’une équipe de suiveurs à vélo, et de deux campings cars.

Pour cette épreuve d'endurance, le recordman sait à quoi s'attendre. Il y a la fatigue, qu’il lui faut maîtriser en gérant son effort, avec un bon rythme à prendre au départ. Et puis les bobos, au niveau des pieds, des tendinites. Difficulté supplémentaire : la chaleur. Avec la nécessité de bien s’hydrater, mais aussi de bien calculer sa trajectoire pour éviter les plaques de bitume qui auraient tendance à fondre et à coller à ses roulettes.

Au profit d'une association pour handicapés

Comme l'an dernier, Jean-Paul Couturier va tenter de battre un record au profit d'une association, Viva Dimi, qui a le projet de construire à Cheyssieu une maison partagée pour handicapés avec centre d'animation. Pour son président Varoujan Derderian, l'effort du sportif est une leçon de vie : « un sportif de haut niveau doit être toujours positif. Dans les échecs, il rebondit toujours, il va surpasser ses douleurs. Et Jean-Paul a cette faculté de communiquer sa positivité et son sens de la vie aux personnes en situation de handicap ».

Un état d'esprit que confirme Jean-Paul Couturier : « c’est un plaisir au départ même si par moments ça peut-être un peu douloureux, mais j’ai envie de réussir ce challenge. » En 2018, il tentera de franchir une distance de 600 kilomètres, avec 25.000 mètres de dénivelé, en 48 heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess