Tous les sports

Tour de Normandie cycliste : sous le signe du débarquement

Par Jean-Pierre Blimo, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 25 mars 2014 à 17:00 Mis à jour le mercredi 26 mars 2014 à 7:00

TDN départ de colombelles
TDN départ de colombelles © Radio France

Le 34e tour de Normandie a débuté ce lundi avec un prologue dans les rues de Saint-Lô, il se poursuit toute la semaine à travers les cinq départements normands, et en point d'orgue quatre des cinq plages du débarquement. La compétition sportive se double en effet cette année d'un clin d'œil appuyé au 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie.

l'étape du jour: 

Un jeune britannique en jaune depuis Forges

Thomas Moses, 21 ans de l'équipe Rapha Condor, a gagné l'étape du jour ce mardi entre Colombelles et Forges-les-Eaux. Il est arrivé en solitaire, légèrement détaché d'un peloton scindé en deux. Le jeune coureur fait même coup double puisqu'il endosse le maillot jaune de leader, qui était détenu par le suisse Stefan Kung, vainqueur du prologue lundi à Saint-Lô.

Thomas Moses vainqueur de l'étape du tour de normandie (25 mars 2014). - Maxppp
Thomas Moses vainqueur de l'étape du tour de normandie (25 mars 2014). © Maxppp
La 34e édition

Après ce résultat, revenons sur ce qu'est devenu Le Tour de Normandie cycliste. Une institution du sport normand depuis la création de l’épreuve en 1981, par le fondateur, Raymond-Marcel Anquetil. Et si la famille est toujours présente dans le comité d’organisation, l’épreuve a évolué, l’organisation a élargi ses compétences, mais la recette est la même : visiter les 5 départements normands.

Le parcours évolue peu                                                       

En terme de parcours, c’est souvent le même profil. Un prologue, cette fois encore à Saint-Lô où l’on a vu la victoire du Suisse Stefan Kung, de l’équipe BMC, puis une très longue étape vers la Seine-Maritime, cette année, encore la ville thermale de Forges-Les-Eaux. Le mercredi est souvent coupé en deux, ce ne sera pas le cas cette fois, avec une seule étape vers Elbeuf dans les environs de Rouen.

Le retour en Basse-Normandie

A partir du jeudi, c’est traditionnellement le retour vers la Basse-Normandie, on a eu Flers pendant des années, ce sera de nouveau Argentan cette fois, comme en 2013. L’Orne et le Calvados, entre Domfront et Villers-Bocage ce sera pour vendredi.

Les plages

Le 70e anniversaire du débarquement s’invite pour cette édition 2014, avec les étapes du wek-end, le samedi entre Gouville et Carentan, les coureurs passeront par Utah Beach, avant de longer Omaha, Gold, et Juno le dimanche pour le bouquet final, avant l’arrivée sur la prairie de Caen.

Une côte décisive ? 

C'est un point qui pourrait être décisif dans ce tour, en tout cas un lieu où les ambitieux pourraient avoir des envies de s'échapper pour de bon, le jeudi entre Elbeuf et Flers, la côte "Sainte-Eugénie", longue de 900 mètres avec un passage à 14%. Pour autant, celà ne sera pas forcément l'élément clé de l'épreuve, explique Jean-Noël Collin, le responsable du parcours.

TDN Jean-Noël Collin

Les favoris

Les plus aguerris, seront sans conteste les coureurs de la formation Bretagne-Séché, la plus haute placée dans la hiérarchie du peloton. Parmi les 6 coureurs de cette formation, figure le sarthois Benoît Jarrier, il estime que son équipe ne peut pas rester dans les roues cette semaine.

TDN Benoît Jarrier - Radio France
TDN Benoît Jarrier © Radio France

TDN Benoît Jarrier

Les régionaux

Les coureurs normands ne sont pas en reste, même s’ils ne sont pas légion, ils tenteront d’exister dans une épreuve très relevée, avec de nombreuses équipes « espoirs » du peloton international. Pour autant, les normands du « Vélo Club de Rouen 76 » par exemple, ou  « Pavilly-Barentin » auront à cœur de se montrer, Guillaume Blot, originaire de Saint-Malo, breton de l’équipe aimerait bien faire partie des heureux élus.

TDN Guillaume Blot - Radio France
TDN Guillaume Blot © Radio France

TDN Guillaume Blot

César Bihel, une année pour passer pro

Certains coureurs sont aussi en chasse pour récolter un sésame dans le monde professionnel. C’est le cas de César Bihel, le manchois, qui n’a pour le moment aucun contrat pro, mais qui a été pris dans le giron de l’équipe luxembourgeoise Differdange dont il sera le seul coureur français. César Bihel, sorti de l’école de cyclisme de Briquebec. A 25 ans, il se donne un an pour passer le bon braquet.

TDN César Bihel  - Radio France
TDN César Bihel © Radio France

TDN César Bihel

Le public

TDN spectateurs - Radio France
TDN spectateurs © Radio France
Il se masse essentiellement aux départs et aux arrivées, ou bien sur les points stratégiques, comme les challenges "meilleur grimpeur". Les spectateurs se font plus rares dans le cyclisme, mis à part sur la reine des épreuves, le Tour de France. Dans ce tour régional, où se mêlent cyclistes professionnels, espoirs, et amateurs, la donne est changeante. L'animation de Daniel Mangeas, est très appréciée, l'organisation tente vaille que vaille de créer l'événement autour d'un village départ, d'exposants, et de sponsors avec des produits régionaux.