Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Transat Jacques-Vabre : pas de multicoques géants au départ de l'édition 2019

Les organisateurs de la Transat Jacques-Vabre disent "non" aux bateaux de la classe Ultim au départ de la 14e édition au Havre. L'Association n'est pas en mesure d'accueillir "de manière satisfaisante et sécuritaire les multicoques".

La Transat Jacques Vabre dit "non" aux maxi-trimarans dernière génération
La Transat Jacques Vabre dit "non" aux maxi-trimarans dernière génération © Maxppp - Antoine Soubigou

Le Havre, France

La 14e édition de la Transat Jacques-Vabre partira du Havre le 27 octobre avec quelque 55 bateaux mais sans les géants des mers de la classe Ultim. C'est la décision des organisateurs notamment pour des raisons de sécurité. 

"Une décision difficile"

Au départ, ce sont les Ultim qui avaient organisé un programme en disant non à la Transat Jacques Vabre selon le délégué général de l'Association Jacques-Vabre Gildas Gauthier.  Ils devaient, en effet, prendre part à une course autour du monde en solitaire inédite des Ultim. Mais après les nombreux gros dégâts qu'ont subi ces géants des mers lors de la route du Rhum en novembre dernier, cette course avait été annulée. Les skippeurs avaient alors demandé à participer à la Transat 2019. "Lorsqu'ils sont revenus très tard vers nous après le lancement de notre avis de course, on a du réfléchir et on a pensé que c'était compliqué en terme de sécurité" explique Gildas Gauthier. 

A Salvador, la ville d'arrivée, les organisateurs avaient déjà convenu des conditions d'accueil : "on avait demandé de vrais efforts à l'Etat de Bahia et le niveau d'accueil ne pouvait pas être de qualité".

"C'est une décision difficile à prendre" assure le délégué général. Mais c'est une question de cohérence selon lui. Les prochaines éditions 2021 et 2023 devront également se faire sans les Ultim. 

Evidemment, ils sont déçus mais ils comprennent, ils sont arrivés trop tard - Gildas Gauthier. 

Une édition qui s'annonce exceptionnelle

Entre 54 et 57 bateaux seront présents au départ : "Ce n'est pas arrivé depuis de très nombreuses années" se réjouit Gildas Gauthier. Une hausse de 35% par rapport à l'édition  2017. Sont attendus, les bateaux-phare du Vendée Globe, les Imoca (monocoque de 18,28m), les Class40 (monocoque de 12,19m) et les Multi50 (multicoque 15,24m). 

Ce sera une belle année en terme de cohérence sportive et d’âpreté de la course - Gildas Gauthier