Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Ultra Trail du Mont-Blanc : la marque UTMB s'exporte à Oman, entre autres

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

A partir de ce jeudi 28 novembre débute Oman by UTMB : un ultra-trail dans les montagnes désertiques de ce pays du Golfe persique. C'est le 4e pays qui organise un ultra-trail sous la marque UTMB bien connue à Chamonix en Haute-Savoie. Reportage à Oman de Jérôme Val.

Le Sultanat d'Oman
Le Sultanat d'Oman © Maxppp -

Imaginez l’Ultra-trail du Mont-Blanc, le fameux UTMB, dans les montagnes désertiques d’Oman, pays du Golfe persique. C’est exactement ce qui va se passer à partir de ce jeudi 28 novembre : Oman by UTMB, c’est le nom de cette épreuve qui compte plus de 1.700 coureurs au départ pour sa 2e édition. 

Cela fait 16 ans que l'UTMB existe à Chamonix, mais depuis trois ans, les organisateurs hauts-savoyards de l’Ultra Trail du Mont-Blanc, la référence dans le monde pour les adeptes des courses extrêmes, vendent des licences UTMB à l’étranger. 5 franchises ont été créées depuis 2016.

UTMB, une marque qui s’exporte de mieux en mieux

La Chine, l’Argentine, l’Espagne et Oman sont les quatre pays qui organisent désormais leur trail étiqueté UTMB. Il y a eu un Ushuaïa By UTMB en avril 2019 en Terre de feu, il y aura un Val d'Aran by UTMB en juillet 2020 en Catalogne et une deuxième édition du Gaoligong by UTMB en Chine l'an prochain. La Chine a également été retenue pour le premier Panda Trail by UTMB à l'automne 2020 dans la région du Sichuan, cette franchise-là ayant été signée il y a quelques jours.

Pas de Mont-Blanc dans ces pays évidemment, mais c'est bien la marque UTMB que ces organisateurs ont achetée. "Nous ce qu'on vend c'est un concept", confirme Catherine Poletti, co-fondatrice et présidente de l'entreprise UTMB Group, composée de 12 salariés. "Nous ne sommes pas allés chercher nos clients, ce sont nos clients qui sont venus nous chercher". 

La Haut-Savoyarde ne donnera pas le montant de la franchise que les organisateurs de courses doivent payer pour avoir le droit d'utiliser la marque... secret bien gardé. Une fois le contrat conclu, l'entreprise UTMB amène son expertise, son savoir-faire et un cahier des charges qu'il faut respecter. Par exemple, chaque coureur doit pouvoir être suivi sur internet au fil de son parcours. Des critères de sécurité sont également présents.

Aussi, pour pouvoir s'afficher course UTMB, la course doit être organisée en pleine nature et dans un terrain montagneux, autour d’un site accessible bénéficiant "d’excellentes infrastructures touristiques", et comprendre plusieurs distances (dont un 100 miles). "Nous mettons sept à huit personnes à disposition de nos franchisés pour pouvoir tout créer", explique Catherine Poletti. 

"La marque, elle existe, elle est puissante"—Catherine Poletti, présidente de l'UTMB Group

Pour les pays qui achètent ces franchises, il y a souvent un objectif de se démarquer des autres. Ainsi,  le Sultanat d'Oman fait le choix depuis deux ans d’investir dans les sports nature : la voile, la course ou le vélo quand ses voisins proches comme le Qatar ou les Emirats Arabes Unis ont pris une autre route avec le football.

L’UTMB s’est implanté dans le massif rocailleux de Hadjar depuis l’an dernier : 326 participants pour la 1ere édition et cinq fois plus cette année.  Derrière cette stratégie, il y a la volonté d’attirer plus de touristes. 

"Le gouvernement d'Oman estime que les coureurs reviendront pour des vacances en famille"—David Graham de l'entreprise Oman Sail

"Ces sportifs sont de potentiels touristes", reconnaît David Graham qui dirige Oman Sail, la structure qui chapeaute ces nouvelles activités sportives pour le compte du gouvernement. "Sur cette édition 60% des concurrents viennent pour la première fois à Oman et le gouvernement estiment qu'ils reviendront pour des vacances en famille (...) le tourisme est un pilier pour l'économie dans cette région où beaucoup du PIB des Etats dépend du pétrole". 

C'est peu-être un bon choix : cette année les coureurs de cet UTMB "made in Oman" viennent de 69 pays différents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu