Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Bourges : il représente la France au Championnat du monde Junior d'aéromodélisme

dimanche 5 août 2018 à 6:25 - Mis à jour le dimanche 5 août 2018 à 9:46 Par Camille Huppenoire, France Bleu Berry

Léo Chêne, quatorze ans, est passionné d'aéromodélisme, qu'il pratique à haut niveau. Il est licencié à Bourges. Avec ses planeurs miniatures, le jeune homme représente la France au championnat du monde junior de la discipline, du 5 au 11 août, en Bulgarie. Et espère bien décrocher une médaille.

Léo Chêne règle les paramètres de vol avant une épreuve du Championnat d'Europe Junior, à Prilep (Macédoine) en 2017.
Léo Chêne règle les paramètres de vol avant une épreuve du Championnat d'Europe Junior, à Prilep (Macédoine) en 2017.

Quand on demande à Léo Chêne depuis combien de temps il pratique l'aéromodélisme, le jeune homme n'essaie même pas de compter. "Depuis que je suis né", répond-il. Initié très jeune par son grand-père, qui lui a construit ses premiers planeurs en modèle réduit, Léo a tout de suite accroché à la discipline. Une passion dévorante qui prend aujourd'hui beaucoup de place dans la vie de l'adolescent. Il parcourt chaque week-end la distance entre le domicile familial de Savonnières (37) et le club d'Aéro Modélisme, à Bourges (18), où il est licencié. Sans compter les heures passées à apprivoiser ses avions, de plus en plus perfectionnés : il en possède six, de plus de deux mètres d'envergure chacun. L'aéromodélisme, "c'est un défi économique et technique" résume Léo, qui avoue "penser tout le temps" à sa passion. 

L'aéromodélisme vol libre, ou F1 vol libre pour les connaisseurs, consiste à faire voler son planeur le plus longtemps possible, en le catapultant dans les airs grâce à un câble treuillé, à la force du bras, et avec l'aide des courants d'air chauds. Plutôt technique, la discipline est confidentielle en France : 28.000 licenciés seulement. En vol libre extérieur, discipline de Léo Chêne, ils sont moins de 700 pratiquants.

"Un tout petit peu stressé"

Le Championnat du monde Junior de vol libre, à Pazardžik, en Bulgarie, est une étape de plus, logique, dans la carrière de cette graine de champion au palmarès déjà fourni. En 2017, il est vice-champion d'Europe Junior par équipe et 1er junior au concours international de Zulpich (Allemagne). S'il admet être "un tout petit peu stressé", Léo n'a pas peur de la concurrence, pourtant très rude au Championnat du monde. Il a déjà identifié les nations les plus dangereuses, celles qu'il faudra battre pour espérer décrocher le titre : la Russie et Israël. La cérémonie d'ouverture se déroule ce dimanche. Mais pour Léo, le Championnat débute réellement lundi 6 août, avec les premières épreuves. 

C'est comme une bataille pour garder son espace en l'air et faire tourner l'avion. Il faut s'imposer.

Au Championnat du monde Junior, le temps minimal imposé dans les airs est de 3 ou 4 minutes pour les cinq premiers vols. Léo devra réaliser des lâchers parfaits pour décrocher une place en finale. Les meilleurs concurrents y seront départagés sur des vols de plus en plus longs, jusqu'à ce qu'un vainqueur émerge.  "C'est une longue journée, surtout qu'on doit récupérer l'avion après chaque vol. Parfois il part à un kilomètre, parfois à deux", explique Léo.

Soutenu par des aides de la FFAM (Fédération Française d'AéroModélisme), de la Ligue d'Aéromodélisme du Centre Val-de-Loire et de la Ville de Bourges, Léo est parti en avance en Bulgarie, pour reconnaître le terrain, et mettre toutes les chances de son côté. Il n'a pas peur de le dire : il vise le podium final.