Tous les sports

24h du Mans : selon Toyota, le pilote sarthois Vincent Capillaire serait à l'origine de la défaite !

Par Thomas Larabi, France Bleu Maine et France Bleu mardi 20 juin 2017 à 16:48

Un pouce en l'air qui coûte cher à Toyota
Un pouce en l'air qui coûte cher à Toyota - Capture d'écran Eurosport 1

Selon Pascal Vasselon, le directeur technique de Toyota, la panne de la voiture numéro 7, alors en tête, aurait été causée sans le vouloir par le pilote sarthois Vincent Capillaire !

Ce dimanche à une heure du matin, la voiture de tête pilotée par le japonais Kobayashi doit abandonner pour une panne d'embrayage. Une panne qui aurait été causée sans le vouloir par le pilote Vincent Capillaire, que Kobayashi a confondu avec un commissaire de piste : " C'est incroyable ! Dans les stands, un faux marshall (commissaire de piste) est venu dire à notre pilote de partir au moment où il ne devait pas partir. Nous on voyait la safety car alors on lui a dit de s'arrêter. Puis il y a eu une période de confusion où il a redémarré plusieurs fois en utilisant l'embrayage, qui n'est pas fait pour ça " raconte Pascal Vasselon, directeur technique de l'écurie japonaise. C'est donc Vincent Capillaire qui, en voulant encourager Toyota, aurait causé la surchauffe et donc l'abandon de la monoplace quelques minutes plus tard !

Le malheureux pilote souhaitait simplement encourager Toyota

En effet, il concourait pour une écurie portugaise aux couleurs... oranges, comme les commissaires de piste. Le pilote malheureux n'a pas souhaité nous répondre, mais il s'est excusé sur facebook et a expliqué qu'il souhaitait tout simplement encourager le pilote japonais. Drôle d'effet papillon. Un pouce en l'air aurait donc sonné le glas des espoirs de Toyota, mais Pascal Vasselon préfère relativiser : "Nous sommes poursuivis par une sorte de mauvais sort au Mans, la seule solution est de prendre ces choses là avec philosophie".

Malgré ce mauvais oeil, l'écurie nippone l'a déjà affirmé sur Twitter : elle reviendra.