Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un timide retour du public à l'hippodrome du Mans

-
Par , France Bleu Maine

Le public pouvait enfin faire son retour à l'hippodrome du Mans ce lundi, à l'occasion d'une série de courses de trot. Un vrai soulagement pour les passionnés, même si la pluie et la grêle en ont rebuté plus d'un.

La pluie et la grêle n'ont pas manqué ce lundi
La pluie et la grêle n'ont pas manqué ce lundi © Radio France - Raphael Cann

Le temps n'était pas de la partie pour le retour du public à l'hippodrome du Mans. Ce lundi 24 mai, la réunion qui devait se tenir à Mamers était organisée au Mans en raison du contexte sanitaire. 

9 courses de trot attelé et monté qui ont attiré entre 500 et 600 spectateurs tout l'après-midi, à peine la moitié de la jauge maximale de 1.000 spectateurs. La faute à des averses de pluie et de grêle qui ont dissuadé de nombreux amateurs. 

"C'est le spectacle"

"Ce n'est pas le temps qui m'a motivé à venir", commente Jacky. "D'habitude, je viens à l'hippodrome une fois par mois, je n'allais pas louper la reprise. C'est le spectacle : voir les chevaux de près, côtoyer les professionnels, devant votre télé vous ne pouvez parler à personne."

D'autres, s'agglutinent devant l'espace dédié aux paris. "Seul chez moi, je ne parierais pas. Mais là, c'est assister aux courses, c'est l'adrénaline", commente Lévy, peintre en bâtiment.

30% de pertes

Le retour du public est en tout cas un soulagement pour la société de courses hippiques du Mans. "Une course sans public, c'est triste. Ça améliore le moral de revoir du monde", précise Christian Bazire, son président. "On a 30% de pertes, on ne pouvait pas continuer ainsi très longtemps, même si certains ont continué de parier en ligne."

Il ne cache pas sa déception face à l'affluence plus faible qu'attendue : "je félicite ceux qui sont venus malgré le temps, c'est courageux." Il est confiant sur la suite et le fait que le public sera au rendez-vous lors de la prochaine réunion le 31 juillet au Mans.

.
. © Radio France - Raphael Cann
Choix de la station

À venir dansDanssecondess