Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Un Vendéen en solo sur le Dakar

vendredi 5 janvier 2018 à 14:54 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

C'est une aventure un peu folle que s'apprête à vivre un motard de Saint-Hilaire-de-Loulay en Vendée. Il va courir son deuxième rallye raid Dakar absolument sans assistance. Départ ce samedi de Lima au Pérou.

Nicolas Billaud lors de son premier Dakar en 2016
Nicolas Billaud lors de son premier Dakar en 2016 © Maxppp -

Vendée, France

Le Dakar en solo. Absolument sans assistance ! C'est l'aventure un peu folle que s'apprête à vivre un motard de Saint-Hilaire-de-Loulay en Vendée. Nicolas Billaud a participé à son premier rallye raid en 2016 et le deuxième s'annonce donc encore plus corsé. Il va le courir dans la catégorie "Original by Motul", anciennement "malle moto", c'est-à-dire qu'il devra se débrouiller tout seul pour réparer sa moto si besoin et pour dormir, ce sera un matelas posé par terre. Il sera en complète autonomie, comme seulement 27 autres pilotes de moto et de quad sur les 190 engagés.

Il faudra jongler entre la récupération, la mécanique, la communication sur les réseaux sociaux... Il n'y aura vraiment pas de temps à perdre

"Je me souviens du Dakar 2016 : tous les soirs, c'est un rouleau compresseur. On arrive de l'étape, on va manger parce qu'on n'a pas mangé depuis le matin à part des barres de céréales, on va prendre une petite douche. Et après, il y a quelqu'un qui s'occupe de la moto pendant que nous on fait le road book du lendemain et on essaie de se coucher au plus vite pour avoir le plus de temps de sommeil possible", explique Nicolas Billaud. Du luxe comparé à ce qu'il s'apprête à vivre. "Là, il faudra jongler entre la récupération, la mécanique, la communication, notamment sur les réseaux sociaux... Il n'y aura vraiment pas de temps à perdre !". Beaucoup plus fatigant donc, mais le Vendéen s'attend aussi à vivre de beaux moments avec les autres pilotes sur les bivouacs. "C'est clair que, tous les soirs, on aura des petites choses à se raconter entre copains 'malle moto' sur l'étape du jour". Avant même de partir en Amérique du sud, il a même sympathisé avec d'autres pilotes français.

Du vélo dans un sauna pour s'habituer aux températures extrêmes

Pour ce défi qui s'annonce très exigeant physiquement, Nicolas Billaud a suivi une préparation spécifique : du vélo d'appartement dans le sauna qu'il a installé chez lui pour pouvoir affronter la chaleur étouffante (plus de 60 degrés) en Argentine et de la randonnée en montage pour ne pas trop souffrir en altitude puisque les concurrents passeront cinq jours à plus de 3.000 mètres de haut

Des paysages grandioses

Sa récompense ? Des paysages grandioses : les hauts sommets de Bolivie, le désert de Fiambala en Argentine et les dunes qui longent le Pacifique au Pérou.

Le désert de Fiambala en Argentine et les dunes de Pisco, au Pérou, font rêver Nicolas Billaud - Maxppp
Le désert de Fiambala en Argentine et les dunes de Pisco, au Pérou, font rêver Nicolas Billaud © Maxppp -

Le départ, c'est samedi depuis Lima. Arrivée prévue le 20 janvier à Cordoba en Argentine après un passage en Bolivie. Lors de son premier Dakar, en 2016, Nicolas Billaud avait terminé 76ème. Pour la quarantième édition, son objectif sera le même : terminer la course.