Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Interdiction de l'alcool dans les stades : des députés proposent un assouplissement de la loi Évin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Lorraine Nord

Dans une proposition de loi, déposée à la fin du mois de juillet, des députés La République en Marche suggèrent d'assouplir la loi Évin de 1991 en rétablissant l'autorisation de vendre de l'alcool dans les stades de clubs professionnels, lors de tous les matchs.

Les clubs amateurs ont déjà le droit de vendre de la bière.
Les clubs amateurs ont déjà le droit de vendre de la bière. © AFP - YURI CORTEZ

Le 24 juillet dernier, plus de 70 députés de La République en marche (LREM) ont déposé à l'Assemblée Nationale une proposition de loi visant à faire de la France "une nation sportive". 

Dans cette proposition, l'article 18, prévoit "d'assouplir, de manière encadrée, l'application de la loi Évin dans les stades en étendant l'octroi d'autorisations temporaires de vente d'alcool aux sociétés sportives ". Autrement dit, il s'agirait d'autoriser la vente d'alcool dans les clubs professionnels, qui n'ont pas le droit de le faire lors de toutes les rencontres depuis l'application de la loi en 1991. Ils disposent uniquement d'une dérogation pour vendre de l'alcool dix fois par an, mais pas plus.

Les députés espèrent que le texte sera examiné à l'automne.  

Déjà autorisé dans les clubs amateurs

François Cormier Bouligeon, Cédric Roussel et Belkhir Belhadad, les trois députés de la majorité qui travaillent sur cette loi depuis le mois de février défendent cet article 18 en expliquant dans un premier temps que cela rapporterait de l'argent aux clubs. 

Ils rappellent aussi qu'à l'heure actuelle, il y a une double injustice. Tout d'abord pour les clubs puisque seuls les professionnels n'ont pas le droit de vendre de l'alcool aux supporters, les clubs amateurs ont en effet une dérogation pour commercialiser de la bière. Pour le moment, les clubs professionnels ont le droit à dix dérogations par an pour vendre de la bière. 

Il y a également une injustice pour les fans qui n'ont pas le droit d'acheter de l'alcool en tribune alors que cela est autorisé dans les loges VIP, celles-ci n'étant pas touchées par la loi Évin. 

Arrêter l'hypocrisie

Selon le député de Moselle, Belkhir Belhadad, cet article permettrait d'uniformiser la situation et "d'arrêter l'hypocrisie", car les supporters consomment de l’alcool, parfois massivement, devant les stades sans que personne ne dise rien. 

"À l'extérieur des stades, on trouve des buvettes partout, et les gens boivent, je préfère qu'on puisse boire à l'intérieur de façon encadrée, les clubs y gagneront des recettes mais pourront aussi accompagner cette vente d'actions de prévention et de sensibilisation à l'alcool", explique le député. 

En février dernier, le député Les Républicains Stéphane Viry avait déjà fait une proposition de loi pour rétablir l'alcool dans les stades. La député de la Nièvre Perrine Goulet (LREM) avait de son côté proposé en novembre, dans un rapport remis à Matignon, de passer de 10 à 15 les événements annuels où les clubs sont autorisés à vendre de la bière. Elle suggérait également d'assouplir les restrictions de publicité pour les marques d'alcool sur sites internet sportifs et le retour du sponsoring d'équipes pour les viticulteurs et les brasseurs.

"La ferveur n'a pas besoin d'alcool pour s'exprimer dans nos stades"

L'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) estime que les députés cèdent au lobby alcoolier qui pousserait pour une remise en cause de la loi Évin sur les événements sportifs, à quelques années des Jeux Olympiques attribués à la France. Pour le vice-président de l'ANPAA, Bernard Basset, "c'est une affaire de gros sous, et les députés s'en font le relais".

Même son de cloche du côté du gouvernement, via la voix de la ministre de la Santé. "La ferveur n'a pas besoin d'alcool pour s'exprimer dans nos stades", a réagi Agnès Buzyn dans un message posté sur Twitter ce vendredi.