Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports
DOSSIER : Paris 2024

VIDEO - Objectif Jeux Paralympiques pour Romain Gauci, atteint d'une déficience visuelle

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Après 26 ans de rugby, Romain Gauci s'est lancé un nouveau challenge : faire de sa déficience visuelle une force. Avec un objectif en tête : intégrer l'équipe de France de goalball et se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024.

Chambéry, France

"C'est l'histoire d'un petit jeune qui a perdu son œil à un an." Voici l'histoire touchante de Romain Gauci, 32 ans, et déficient visuel suite à un accident médical lorsqu'il était bébé. Aujourd'hui, il a su se construire, grâce au rugby notamment, et se lance un nouveau défi. Il veut intégrer une discipline handisport, le goalball, et se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024.

Subissant les moqueries et parfois des insultes de ses camarades de classe, il a su trouver dans le rugby la manière de "guérir les blessures personnelles et sentimentales". Avec son handicap, Romain le sait, il n'aurait "jamais du jouer au rugby", et pourtant il a joué pendant 26 ans. Sauf que sa vue s'est détériorée, l'empêchant de continuer à pratiquer ce sport.

C'était très compliqué de continuer à jouer et je me suis dit pourquoi pas tenter cette aventure folle qui est le handisport et les Jeux" - Romain Gauci, 32 ans.

Quand on lui demande pourquoi le goalball, Romain répond "le ballon, le jeu de ballon parce que le ballon ovale me manque énormément". Cette discipline lui rappelle certains gestes de son ancienne vie. "Quand je me mets au sol et que je me relève, j'ai l'impression de percuter et de franchir une ligne" explique Romain. Le goalball se joue à trois contre trois, les yeux bandés, sur un petit terrain avec une cage de chaque côté. Les joueurs sont en position allongée ou accroupie et doivent intercepter le ballon, se relever en dix secondes puis tenter un tir. Et ainsi de suite. "C'est très physique mine de rien" souligne Romain.

Mathieu fait travailler Romain sur des exercices qui lui serviront au goalball : rattrapage de ballon les yeux fermés par exemple. - Radio France
Mathieu fait travailler Romain sur des exercices qui lui serviront au goalball : rattrapage de ballon les yeux fermés par exemple. © Radio France - Bastien Thomas

Un entraînement comme les professionnels

Romain a signé pour le club de goalball de Lyon où il a été "très bien accueilli". Il obtiendra sa licence en septembre prochain et va intégrer l'équipe de France progressivement. Pour se préparer, Romain est suivi par un préparateur physique, Mathieu Gilardi, 23 ans. "Avant tout, avec une histoire pareille et une histoire si forte, on ne peut qu'être dirigé vers Romain" réagit-il à son choix de suivre le néo-retraité du rugby. Les deux hommes se voient une à deux fois par semaine pour travailler le physique : "vitesse de réaction, adresse, précision et tâches intensives" précise Mathieu, éducateur au club de rugby de Montmélian (Savoie). Une manière pour Romain de faire son deuil du rugby. 

Mathieu utilise des ballons de rugby en attendant d'acheter des ballons de goalball. - Radio France
Mathieu utilise des ballons de rugby en attendant d'acheter des ballons de goalball. © Radio France - Bastien Thomas

Préparation mentale

Romain saura dans quelques années, à l'horizon 2024, s'il fera partie du voyage à Paris pour défendre les couleurs tricolores. Une attente longue et dure à gérer. Il faut garder une motivation intacte toutes ces années pour continuer le programme des entraînements quotidiens que Romain s'est fixé. Pour l'aider, une préparatrice mentale est là, Julie Fluvelle. Avec Romain, il s'agit surtout de "fixer des étapes pour devenir plus fort mais aussi travailler la confiance en soi", précise Julie. "Avec un objectif si lointain, comment garder la motivation ? En plus quand on est dans une dynamique de projet, il y a des hauts et des bas" continue-t-elle. En attendant la décision finale du sélectionneur de l'équipe de France, Romain s'entraîne quotidiennement pour atteindre son objectif. Il espère faire partie des sélectionnés et veut ramener une médaille à déposer au dessus de la cheminée. "On va dire que je vise la médaille d'or mais si c'est le bronze on va s'en contenter, on aura bossé pour ça", plaisante-t-il.

Toute sa famille le soutient

Sa famille, dont son petit frère Thomas, ailier au SOC Rugby à Chambéry, est derrière lui et le soutient. Un projet "ambitieux" selon les mots de son frère. "Evidemment que ce serait une fierté d'avoir un médaillé olympique dans la famille", raconte Thomas. Romain a besoin d'être encouragé dans sa nouvelle vie, quand ce n'est pas toujours facile de concilier famille, travail et entraînement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu