Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

VIDÉO - Petits et grands s'initient au parkour à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le parkour, c'est l'art de se déplacer en sautant par-dessus les obstacles. Les enfants comme les adultes ont pu en apprendre les rudiments ce jeudi dans un gymnase dijonnais grâce au Dijon Parkour Crew.

Un exercice de saut et de précision à la réception
Un exercice de saut et de précision à la réception © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Révélée au grand public en 2001 avec les cascades spectaculaires du film Yamasaki, la pratique du parkour a depuis fait de nombreux adeptes. Cette discipline acrobatique consiste à franchir des obstacles, en milieu urbain ou rural, mais les clubs initient les débutants en toute sécurité, dans des gymnases. C'est le cas du Dijon Parkour Crew, qui compte plus d'une centaine de membres et proposait ce 24 octobre un stage d’initiation pour enfants, ados et adultes, au gymnase Chambelland. 

Pour tous, et même en rééducation

Des encadrants de niveau Brevet Fédéral 1 ont mis leurs connaissances à la disposition du grand public, avec divers ateliers. Stéphane a accompagné son fils qui fait du parkour depuis deux ans. Si le jeune garçon s'en sort bien, son papa, 46 ans,  a beaucoup plus de mal à sauter par-dessus une barrière de mousse : "ce n'est pas facile, il faut une certaine condition physique que je n'ai pas. Je trouve que c'est un bon sport, peut-être pas pour les parents quand ils sont un peu vieux, mais pour les jeunes, c'est très bien".

Charles, 13 ans, vient de découvrir la discipline qu'il ne connaissait qu'au travers de vidéos : "j'ai appris le "saut de chat", qui sert à passer des murets. C'est difficile à maîtriser quand on est débutant. Il faut appuyer sur ses bras, et mettre ses deux jambes entre ses bras. Comme ça on peut faire un saut rigolo".

Le parkour trouve même son utilité pour des personnes malades, précise Paul Armand Naudin, membre du Dijon Parkour Crew : "il y a des cours spécialisés avec des personnes âgées, handicapées. On peut même s'en servir comme moyen de rééducation pour des personnes parkinsoniennes ou après un AVC. Par exemple un parkinsonien qui va avoir du mal à marcher, on va mettre des petits obstacles au sol pour lui permettre de les enjamber. Du coup il va faire un pas plus grand et mieux marcher".

La sécurité avant tout

Pour les parents que les prouesses des spécialistes du parkour auraient tendance à effrayer, qu'ils se rassurent : les encadrants ne sont pas là pour pousser les enfants à se livrer à des acrobaties dangereuses. Comme l'explique l'un d'entre eux aux enfants qui viennent d'apprendre à faire une rotation à 360° : "si un ami vous demande de faire un salto arrière ou un 360°, honnêtement, un salto arrière, c'est non. mais vous pouvez peut-être essayer de faire un 360° sur un trottoir, avec de l'herbe bien sûr. Ne vous mettez pas en danger. Ce n'est pas parce qu'on est en salle de gym que c'est la même chose dehors".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu