Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre ans après un premier Dakar traumatisant, le Haut-Savoyard Lionel Baud veut sa revanche

Quatre ans après son premier Dakar cauchemardesque, au cours duquel il a vécu deux accidents meurtriers, le chef d'entreprise haut-savoyard fait son retour en Arabie Saoudite. Il veut sa revanche et "conjurer le sort".

Il a mis quatre ans pour revenir. Lionel Baud, dirigeant de la société de décolletage Baud Industries à Vougy, participe actuellement en Arabie Saoudite à son deuxième Dakar. Au volant d'un Zéphyr, un buggy rally raid créé en Haute-Marne, il est actuellement 24e au classement général, après quatre étapes.

De retour après un premier Dakar cauchemardesque

L'édition de la résilience. De la revanche. En 2016, lors de sa première, en Amérique du Sud, la course vire au cauchemar. Le pilote a deux accidents meurtriers, l'un qui a coûté la vie à un berger bolivien lors de la septième étape, et l'autre sur la route du retour. Il était passager lorsque le semi-remorque qui rapatriait sa voiture a aussi eu un accident.

"C'est une remise en cause de soi même car on est conscient que l'on va souffrir pendant 15 jours. Il faut s'y préparer"

Une expérience traumatisante dont il a su se relever confie Lionel Baud. "A côté j'ai eu le bonheur de remporter en 2019 le championnat de France des rallyes avec ma fille Lucie. Maintenant que l'objectif est atteint en France, _on avait à cœur de revenir sur le rally Raid et le Dakar pour conjurer le sort._" Participer à un nouveau Dakar lui paraissait impossible il y a encore quelques mois. Aujourd'hui le Haut-Savoyard veut absolument aller au bout. 

Objectif, ne pas être submergé par l'émotion

"On fait beaucoup de sacrifices à côté pour pouvoir être là. Partir sur une telle course nécessite _une année de préparation physique, mentale et du budget_. Il faut donc trouver des partenaires. Et puis, c'est une remise en cause de soi même car on est conscient que l'on va souffrir pendant 15 jours, il faut s'y préparer."

Lionel Baud roule pour l'équipe française PH Sport, avec comme coéquipier Loïc Minaudier, un conducteur qui a déjà cinq Dakar à son actif en moto, mais c'est son premier en tant que copilote. Le chef d'entreprise essaye de ne pas être submergé par l'émotion. Mais l'esprit de compétition est là pour éviter que ça arrive. "On est obligé d'être à fond. On le fait pour sortir de l'univers du quotidien, du travail. C'est d'ailleurs le charme du Dakar, c'est 15 jours. Et puis il y a la course dans la journée et le soir on est ensemble avec les mécanos sur le bivouac, en vase clos. C'est une très très belle aventure humaine et on vient pour ça au Dakar."

-
- © Visactu

VIDEO : Jean-Pierre Blimo et Benjamin Thuau

Choix de la station

À venir dansDanssecondess