Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

VIDÉO - Plongez avec l'apnéiste Guillaume Néry à 100 mètres de profondeur

-
Par , France Bleu, France Bleu Azur

Grâce à des petites caméras, l'apnéiste niçois Guillaume Néry nous embarque avec lui pour une plongée à 100 mètres de profondeur. Une vidéo diffusée dans l'émission Envoyé Spécial ce jeudi. Pendant cet entraînement, il nous fait partager ses pensées et ses sensations. Trois minutes époustouflantes.

Guillaume Néry lors d'un entraînement, près de Nice.
Guillaume Néry lors d'un entraînement, près de Nice. © AFP - Boris Horvat

Que ressent l'apnéiste Guillaume Néry, qui a déclaré forfait pour les mondiaux d'apnée 2019, lorsqu'il plonge à 100 mètres sous l'eau ? Pour nous faire partager son expérience, le champion de plongée niçois a embarqué des petites caméras avec lui lors d'un exercice réalisé dans la rade de Villefranche-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes. Une vidéo diffusée dans l'émission Envoyé Spécial ce jeudi. Ces trois minutes sans respirer, filmées en temps réel avec les commentaires du plongeur sont époustouflantes. 

"Je sens mon corps qui rentre en hibernation" - Guillaume Néry 

Après une première phase de descente à l'aide de sa monopalme, l'apnéiste commence à ne plus flotter. "Je ne regarde jamais vers le fond", confie-t-il. A partir de 30 mètres de profondeur, il commence une phase de chute libre : il raconte ne plus avoir besoin de faire d'effort pour aller vers le fond de l'eau. "Je sens mon corps qui entre en hibernation", explique-t-il.

Des poumons de la taille de ses deux poings 

Peu à peu, son rythme cardiaque ralentit, passant progressivement de 70 pulsations par minute jusqu'à atteindre 30 pulsations par minute. "Mes poumons sont complètement recroquevillés, ils font la taille de mes deux poings", explique-t-il. Écrasé par la pression, Guillaume Néry dit éprouver un sentiment "grisant", qu'il va rechercher à chaque fois. "C'est le meilleur moment de la plongée".

L'ivresse des profondeurs

Puis l'apnéiste arrive au bout de la corde. Il récupère une plaquette qui prouvera qu'il est bien arrivé à cette profondeur. "Je jette un coup d’œil vers le haut, et j'amorce la remontée". "Tout doucement, je me sens enveloppé par l'ivresse des profondeurs". Guillaume Néry perd un peu le contrôle sur le rythme de ses pensées.

L'envie de respirer qui augmente 

"L'effort à fournir pour remonter à la surface est intense", explique-t-il. "Je ne mets pas trop d'attention sur cette envie de respirer qui augmente, sinon ça pourrait me faire paniquer". S'il arrête de palmer, il retourne dans les profondeurs : "Je ne peux pas m'arrêter, je ne peux pas abandonner. À ce moment-là, l'apnéiste lutte conter ses réflexes : "La tentation est très grande de lever la tête vers la surface pour voir où je suis, mais il ne faut surtout pas le faire. Je dois rester concentré", explique-t-il. 

Des "apnéistes de sécurité" 

A 30 mètres, Guillaume Néry voit Arthur, son premier "apéniste de sécurité", qui surveille es faits et gestes pour s'assurer que tout va bien. A 20 mètres, il est rejoint par un deuxième apnéiste de sécurité. En cas de problème, les deux hommes peuvent le remonter à la surface. 

Après ces instants où l'on retient aussi sa respiration, Guillaume Néry atteint enfin la surface, et respire,  souriant. "I'm OK", dit-il à son équipe pour signifier que tout va bien. 

Forfait pour les mondiaux d'apnée 

Mercredi, Guillaume Néry a déclaré forfait pour les mondiaux d'apnée, disputés à Villefranche-sur-Mer, là ou il s'entraîne et où a été tournée la vidéo. Il devait renouer vendredi avec cette compétition, quatre ans après l'accident qui a failli lui coûter la vie.

View this post on Instagram

FR: C’est avec une grande tristesse que je vous annonce le retrait de ma participation aux championnats du monde d’apnée AIDA qui se déroulent en ce moment même à @villefranchesurmer . Pour des raisons personnelles, je ne suis pas en état physique et psychologique de plonger en grande profondeur. Je tiens à féliciter mes amis de l’équipe AIDA France qui réalisent un parcours exceptionnel depuis le début de l’épreuve. Je voudrais remercier tous mes amis du @cipafreediving avec qui nous avons vécu une belle aventure d’équipe pour cette préparation ainsi que mes partenaires pour leur soutien sans faille @panerai @cressi1946 @oleg_pudov @jeanchabaud @octopus_freediving A très bientôt pour de nouvelles aventures! 📷 by @an.maury EN: It is with great sadness that I announce my withdrawal from the AIDA World Championships currently taking place in @villefranchesurmer. For personal reasons I am currently not in the mental or physical shape required for such deep diving. I really want to congratulate my friends in the French team who are doing an exceptional job since the beginning of the competition. Also, I would like to thank all my friends at @cipafreediving with whom we enjoyed a great friendship throughout the preparation for this competition as well as all my partners for their uncompromising support@panerai @cressi1946 @oleg_pudov @jeanchabaud @octopus_freediving Back to you soon for new adventures! 📷 by @an.maury

A post shared by Guillaume Néry (@guillaumenery) on

Choix de la station

France Bleu