Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

VIDÉO Thomas Laurent (Rebellion) rêve de damer le pion aux Toyota pour les 24 heures du Mans

vendredi 15 juin 2018 à 15:48 Par Didier Charpin et Julie Le Duff, France Bleu Loire Océan et France Bleu Maine

Il avait marqué les esprits l’an dernier pour sa première participation au Mans, en accrochant un podium alors qu’il courait en LMP2. Engagé cette année en LMP1 avec Rebellion, le Vendéen Thomas Laurent fait clairement partie des favoris, à tout juste 20 ans.

Chez Rebellion, le jeune prodige Thomas Laurent (2e en partant de la droite) rejoint des stars des 24H du Mans comme Andre Lotterer et Neel Jani
Chez Rebellion, le jeune prodige Thomas Laurent (2e en partant de la droite) rejoint des stars des 24H du Mans comme Andre Lotterer et Neel Jani © Radio France - Julien Jean

La révélation de l’édition 2017 des 24 heures est de retour au Mans, et l’objectif est clair pour Thomas Laurent, désormais engagé en LMP1 sous les couleurs de l’écurie suisse Rebellion : "On va guetter la moindre faute de Toyota", confie le pilote vendéen, "on est en embuscade juste derrière eux". Car cette édition 2018 doit logiquement voir Toyota s’imposer… sauf si la légendaire poisse du constructeur japonais vient une nouvelle fois rebattre les cartes. 

Rookie l’an dernier, Thomas Laurent revient au Mans nettement plus aguerri, nettement plus observé aussi. Il est sans doute le pilote français avec les meilleures chances de décrocher un podium, et l’intérêt des spectateurs le prouve. "J’ai plus de public derrière moi, il y a des pancartes « Allez Thomas » devant notre stand, c’est juste que du positif".