Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Coronavirus Covid-19

Voiron : l’équipe de France d’escalade grimpe masquée

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Comme de nombreux sportifs, les athlètes de l’équipe de France d’escalade installés à Voiron (Isère) ont repris l’entrainement depuis la fin du confinement. Une reprise en respectant de strictes règles sanitaires.

Au regard des footballeurs ou des rugbymen encore privés de leur sport, ils font partie des chanceux. Depuis le 11 mai dernier,  une dizaine d’athlètes de l’équipe de France ont repris l’entrainement sur leur terrain de jeu préféré, les murs installés sur le site de l’ancien CREPS à Voiron (Isère). Pendant les deux mois de confinement, ils ont tourné en rond dans leurs appartements. Alors il y a une dizaine de jours, même si la reprise a été pluvieuse, ils avaient un grand sourire au moment de reprendre. « Je n’avais jamais été aussi content de faire une séance sous la pluie » rigole Guillaume Moro, membre de l’équipe de France de vitesse. 

Masqués même pendant l’effort

Comme partout, les fameux gestes barrières sont bien présents dans le quotidien du pôle France de Voiron : pas plus de quatre athlètes à l’entrainement en même temps, magnésie liquide et désinfectante avant de mettre les mains sur le mur, et surtout le masque. Un masque porté constamment, même en plein effort

«Quand on grimpe, ce n’est pas trop gênant car c’est un effort assez court, on a même tendance à l’oublier » explique Pierre Rebreyend, lui aussi de l’équipe de France de vitesse.  « Ce qui est embêtant c’est à la redescente quand il faut reprendre son souffle, là c’est assez contraignant. Mais il y a pire, on va dire ». Un petit prix à payer effectivement pour renouer avec sa passion, et sans pression puisque les JO ont été reportés. Rien ne presse donc, sauf le plaisir de grimper.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu