Voile DOSSIER : Vendée Globe 2016, l'Everest des mers !

Vendée Globe : le dunkerquois Thomas Ruyant est contraint d'abandonner

Par Mikaël Roparz, France Bleu Nord et France Bleu lundi 19 décembre 2016 à 10:54

Le monocoque de Thomas Ruyant a heurté un OFNI
Le monocoque de Thomas Ruyant a heurté un OFNI - "Souffle du Nord pour Le Projet Imagine"

Thomas Ruyant a heurté dimanche après-midi un OFNI. Le marin a constaté une voie d’eau dans la soute à voile qui se trouve à l’avant. Le skipper Dunkerquois fait route vers la Nouvelle-Zélande, contraint d'abandonner.

Heures difficiles pour Thomas Ruyant, qui navigue à petite vitesse (6 noeuds) vers le port de Bluff, en Nouvelle-Zélande. Le navigateur nordiste navigue au moteur. Il doit tout faire pour préserver le plus possible son bateau, pour ne pas aggraver le problème après la collision avec un OFNI, objet flottant non identifié, dimanche. Il naviguait au moment du choc dans un vent soufflant à plus de 40 nœuds et une mer très formée.

Après la collision, "la structure du pont se dégrade progressivement. Le danger est que la partie avant du bateau se détache littéralement de la partie arrière"explique Laurent Bourguès, directeur technique du Souffle du Nord. "Thomas a essayé de colmater les brèches. Le bateau tient encore, à mon avis, uniquement, grâce à la structure longitudinale. Le safran tribord est, pour finir, encore là mais ne tient plus à grand-chose".

Pour l'instant, le marin va bien. Il ne demande pas assistance. Mais il a déjà préparé son matériel de sécurité dans le cas où la situation dégénère. "Je suis à portée d'hélicoptère, c'est rassurant, j'ai juste à appuyer sur un bouton et on vient me chercher", explique-t-il.

Fin de Vendée Globe

Le skipper dunkerquois est forcément très déçu. "Fin de Vendée Globe, c'est avec beaucoup de tristesse que je m'arrête là. J'avais dit que j'irais jusqu'au bout coûte que coûte mais là mon bateau ne peut plus", raconte Thomas Ruyant, le visage fermé, les larmes aux yeux. Pour toute l'équipe derrière lui, celle du projet Souffle du Nord, ce demi tour du monde est tout de même une grande victoire. Le bateau a été financé par des dons de 180 entreprises et 1000 particuliers des Hauts-de-France, c'est une première sur le Vendée Globe. "C'est un projet pour promouvoir la solidarité, le message est largement passé, l'objectif est atteint. Nous sommes fiers de ce que Thomas a réussi à accomplir, au delà de la performance sportive", pour Sylvain Derreumaux, chef du projet.

Le choc avec un OFNI  a été violent - Aucun(e)
Le choc avec un OFNI a été violent - "Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine"

Le week-end n’a pas été tendre avec la flotte du Vendée Globe. Stéphane Le Diraison (La Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt) a démâté. Il fait route vers Melbourne.