Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Le skipper nantais Armel Tripon a vécu des moments "très forts" pendant et après sa victoire sur la Route du rhum

jeudi 29 novembre 2018 à 10:38 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le skipper nantais Armel Tripon est de retour chez lui, deux semaines après son exploit sur la Route du rhum. Il l'emporte dans sa catégorie, les Multi 50, et il termine troisième du général, derrière deux trimarans ultimes. Il s'est confié, ce jeudi matin, sur France Bleu Loire Océan.

Armel Tripon, à France Bleu Loire Océan, ce jeudi matin
Armel Tripon, à France Bleu Loire Océan, ce jeudi matin © Radio France - Patrick Cathala

Nantes, France

Deux semaines après sa victoire sur la Route du rhum, en Multi 50 (des multicoques de 15 mètres, ndlr) et sa troisième place au général, le skipper nantais Armel Tripon était l'invité de France Bleu Loire Océan ce jeudi matin. Il est revenu sur la course, sur son exploit et sur l'émotion de partager cette victoire à son retour.

Je suis allé un peu trop loin au niveau de la fatigue, jusqu'à avoir des hallucinations. Je n'ai jamais dormi plus de 40 minutes d'affilées

Armel Tripon aura mis 11 jours, 7 heures et 32 minutes pour traverser l'Atlantique entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. 11 jours extrêmement intenses. "On a eu des conditions très dures sur la fin de course. Je dis "on", parce que je crois que ça a été le cas de tous les skippers. Des conditions qui demandaient une vigilance extrême, avec des nuits très compliquées où on ne pouvait pas dormir. Et, du coup, je suis allé un peu loin, trop loin même, jusqu'à avoir des hallucinations, et il y a un petit moment qui a été dur"

Vu de la terre ferme, même quand les conditions de courses étaient plus calmes, la vie à bord reste inimaginable. "Il faut réussir à gérer son sommeil de façon fractionnée. Moi, par exemple, j'ai jamais dormi plus de 40 minutes de suite, à raison d'environ 4 heures de sommeil par 24 heures".

J'ai réussi à me glisser dans un trou de souris

Pour l'emporter dans sa catégorie, le skipper nantais a aussi fait un choix osé de navigation, plus au sud que les autres concurrents, ce qui lui a permis d'échapper aux conditions météo les plus mauvaises. "Ça s'est joué à deux heures. La porte aurait pu se refermer, mais j'ai réussi à me glisser dans un trou de souris, et ensuite ça a défilé un peu plus facilement pour moi".

C'est la première fois qu'un aussi petit bateau est sur le podium

Ce qui a donc permis à Armel Tripon de terminer troisième de cette Route du rhum, juste derrière deux géants, deux trimarans ultimes, des bateaux de 30 mètres, le double du sien. "La photo est jolie, c'est sûr. Et je crois que c'est la première fois qu'un aussi petit bateau, entre guillemets, arrive sur le podium de la Route du rhum. Pour mon partenaire, Réauté chocolat, pour moi, pour toute l'équipe, c'est une belle récompense"

Générer autant de bonheur pour des gens qui ne connaissaient rien à la voile, c'est vraiment chouette

Un podium salué avec ferveur par les salariés de Réauté chocolat, ce mardi soir en Mayenne. Armel Tripon ne cache pas son émotion quand il a été acclamé par plusieurs centaines de personnes. "Ça a été un moment hyper fort. La Route du rhum, c'est une course majeure. La remporter, c'est un beau cadeau. À offrir et à partager. C'était donc très fort de revivre ça. On a regardé le film de la course, il y a eu énormément d'échanges. Ça fait partie des moments les plus forts de ce projet de deux ans. Voir que notre sport arrive à générer autant d'émotions, autant de plaisir, de bonheur chez des personnes qui, au départ, ne connaissaient rien à la voile, et qu'on a réussi à créer quelque chose d'assez magique, ça dépasse le sportif, on est dans l'humain et c'est vraiment chouette." 

La suite, pour Armel Tripon, ce sont d'abord des vacances bien méritées. Ensuite, il se mettra à préparer son prochain objectif, le Vendée globe 2020. "C'est déjà lancé puisqu'on est en train de construire un bateau"