Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le Vendée Globe 2020-2021

Charlie Dalin deuxième du Vendée Globe : "Évidemment qu'on se souviendra de lui", assure François Gabart

Le skipper François Gabart salue le parcours de Charlie Dalin, qui termine deuxième du Vendée Globe malgré sa première place aux Sables-d'Olonne.

Le navigateur de Port-La-Forêt François Gabart
Le navigateur de Port-La-Forêt François Gabart © Radio France - Aurélie Lagain

Il était là, ce mercredi soir, sur le ponton, pour accueillir Charlie Dalin lors de son arrivée aux Sables-d'Olonne. "C'était assez rapide, donc j'ai fait efficace : je lui ai dit 'bravo' et 'profite'", raconte François Gabart, vainqueur de l'édition 2012-2013 du Vendée Globe.

"Une course remarquable"

Charlie Dalin a remonté ce jeudi matin le chenal des Sables à bord de son bateau, après avoir passé en premier la ligne d'arrivée mercredi soir, soit plusieurs heures avant Yannick Bestaven, sacré vainqueur de cette édition grâce à son bonus de temps. 

Malgré ce scénario cruel, "évidemment qu'on se souviendra" de Charlie Dalin, assure François Gabart, invité ce jeudi de France Bleu Normandie : "Il n'est pas le vainqueur mais il a fait une course remarquable ! Et c'est une fierté pour lui d'avoir tout donné pour être le premier sur la ligne d'arrivée."

Charlie Dalin a bouclé son Vendée Globe en 80 jours, 6 heures 15 minutes et 47 secondes. Il ne bat donc pas le record d'Armel Le Cléac'h, ni même celui de François Gabart. Pour autant, ce dernier estime que le bateau du Havrais a les moyens de marquer l'histoire : "Le bateau Apivia est beaucoup plus rapide que celui que j'avais il y a huit ans. Il faut bien comprendre que la situation météo était particulièrement difficile. Charlie Dalin a été très souvent en tête et il a été très souvent ralenti. C'est vraiment un scénario très particulier qui ne permettait pas d'aller vite."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess