Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement en Gironde : le skipper Arnaud Boissières a repris la mer

-
Par , France Bleu Gironde

Le skipper Arnaud Boissières a repris sa préparation du Vendée Globe après deux mois de confinement sur la terre ferme. L'Arcachonnais va participer à ce tour du monde en solitaire pour la quatrième fois, le 8 novembre prochain. Entretien.

Arnaud Boissières ( archives)
Arnaud Boissières ( archives) © Radio France - Emmanuel Sérazin

Deux mois sur la terre ferme, une éternité pour Arnaud Boissières, un des skippers les plus expérimentés du circuit. L'Arcachonnais est le seul, avec Armel Le Cléac'h, à avoir bouclé trois Vendée Globe d'affilée. Et il espère bien en boucler un quatrième consécutif : le départ de l'édition 2020 sera donné le 8 novembre prochain. Avec le confinement, la préparation a pris du retard...et elle doit désormais s'adapter aux mesures sanitaires.

France Bleu Gironde : Depuis cinq jours, vous avez repris la mer afin de régler les derniers détails techniques. L'océan vous avait manqué ?

Arnaud Boissières : Oui, c'était tellement frustrant, surtout que nous aurions dû mettre le bateau à l'eau le mois dernier. Quand nous avons navigué pour la première fois avec mes coéquipiers, il n'y avait pas grand-monde sur l'eau. Nous nous sommes dit "c'est incroyable ce sentiment de liberté." On s'est sentis privilégiés. J'ai envoyé plein de photos de la mer à mes amis...c'est aussi ça la préparation du Vendée Globe, le partage. 

Vous n'avez pas perdu la main après deux mois sur la terre ferme ? 

Non, ça se retrouve facilement. Un hiver classique lorsque nous préparons le Vendée Globe, nous restons environ trois mois sans naviguer, du moins pas avec le voilier. Finalement, ça n'a pas changé grand-chose.

Pendant vos sorties en mer, vous arrivez à respecter les mesures sanitaires et les gestes barrières ? 

Sur le chantier quand nous préparions le bateau, nous étions tous équipés de masques avec visières. Pendant les navigations, comme le bateau est grand, nous pouvons respecter la distanciation sociale et nous permettre de retirer le masque mais dès que nous devons nous rapprocher, on le remet automatiquement. 

Pour minimiser les risques, nous n'utilisons plus de bouteilles d'eau mais des gourdes. Nous avons aussi une bouteille de gel hydroalcoolique à bord. Et quand on rentre de navigation, on essaie de désinfecter certaines pièces métalliques.

Ce n'est pas handicapant de devoir faire attention à tous ses faits et gestes ? 

Bien sûr que c'est handicapant, ça ralentit la réalisation de certaines tâches mais il faut relativiser : il y a pire que nous. On s'adapte et on est sur la bonne voie. Nous arrivons à préparer le bateau. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu