Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départ ce samedi d'une nouvelle course au large : la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Les Sables-d'Olonne, France

20 navigateurs solitaires ont pris ce samedi au Sables-d’Olonne le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne. C’est la première édition de cette course, créée avant tout pour que les concurrents du Vendée Globe puissent se qualifier.

Le Sablais Sébastien Simon est un des skipper au départ de la nouvelle cour
Le Sablais Sébastien Simon est un des skipper au départ de la nouvelle cour © Radio France - Martin Viezzer / ARKEA PAPREC

Elle s'appelle la Vendée-Arctique-Les Sables. Le départ de cette nouvelle course en solitaire a été donné ce samedi 4 juillet, au large des Sables d'Olonne. Un parcours complètement inédit : les 20 skippers doivent aller à proximité de l'Islande, filer ensuite plein sud aux Açores, avant de revenir aux Sables. Cette course, en fait, a été mise en place pour que les concurrents du Vendée Globe qui ne l'ont pas encore fait puissent se qualifier. Les deux transats prévues auparavant ayant été annulées, à cause de la crise sanitaire.  

Départ "en catimini"

C'est aussi pour cette raison qu'il n'y avait pas grand-chose à voir pour le public : mis à part les concurrents qui sont basés au Sables-d'Olonne, tous les autres sont venus de leurs ports respectifs pour passer directement la ligne de départ, sans s'arrêter. Il n’y avait donc pas de « village de départ ». En plus, les skippers et leurs équipes ont eu l’obligation de rester confinés ces derniers jours.   

Des conditions spéciales, que regrette le navigateur vendéen Sébastien Simon : "On ne peut pas montrer nos bateaux au public. C’est un peu dommage. En plus, nos projets existent grâce aux partenaires privés, moi c’est Arkéa et Paprec. C’est même ça qui fait la beauté de notre sport, on met nos bateaux pratiquement à la disposition du public et des partenaires".

Le skipper nantais Armel Tripon, lui, a déjà gagné une autre course, contre la montre : son bateau, qui avait heurté la semaine dernière un objet flottant non identifié, a pu être réparé à temps pour participer à la Vendée Arctique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess