Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile

Il y a 40 ans, le navigateur clamecycois Alain Colas disparaissait à bord du Manureva

vendredi 16 novembre 2018 à 15:19 Par Benoît Jacobo, France Bleu Auxerre

40 ans après la disparition d'Alain Colas en pleine Route du rhum, le mystère demeure autour du navigateur nivernais. De Clamecy (Nièvre) aux océans, en passant par Auxerre et l'Australie, sa trajectoire a été exceptionnelle.

Alain Colas à bord du Manureva
Alain Colas à bord du Manureva © Maxppp -

Clamecy, France

C'était il y a 40 ans, en plein milieu de l'Atlantique. Le 16 novembre 1978, le navigateur clamecycois Alain Colas disparaissait en mer, alors qu'il était en tête de la première édition de la route du Rhum. Disparition dans une tempête, à bord de son bateau, le "Manureva". Comment un jeune Nivernais est-il devenu une icône de la voile française ? Retour sur son parcours, passé par Auxerre et l'Australie.

Envoyé au lycée à Paris, il contrait ses parents à le ramener à Auxerre

A Clamecy, les parents d'Alain Colas dirigent la faïencerie. Lui se passionne pour le canoë-kayak. "A 17 ans, il créé un club de canoë-kayak, raconte son frère Jean-François Colas. Alors qu'on lui disait, "si vous voulez de l'aide, revenez-nous voir dans un an, mais pour le moment, faites vos preuves". C'est ce qu'Alain a fait. 2 ans plus tard, on était aux championnats de France." Envoyé par ses parents au lycée à Paris, où il s'ennuie, il les contraint à le ramener à Auxerre.

Alain Colas, déjà très déterminé lors de sa jeunesse passée à Auxerre, au lycée Jacques-Amyot - récit de Jean-François Colas, son frère

Quelques années plus tard, il part en Australie, où il découvre la voile. "Il n'avait jamais mis les pieds sur un voilier, se souvient Jean-François Colas. L'un de ses collègues l'invite à bord, et c'est de ce soir-là qu'Alain a une révélation de ce que peut être la voile.

C'est en Australie qu'Alain Colas rencontre Eric Tabarly. Il remporte en 1972 la Transat anglaise, bat le record du tour du monde en solitaire en 1974. En 1978, il est en tête de la première Route du Rhum, quand arrive une tempête. "J'ai vu une photo d'Alain, détaille Jean-François Colas. Il a sa grand-voile, le foc, et des gerbes d'eau jusqu'à mi-mât. C'est blanc d'écume tout autour de lui".  

Aucune trace du Manureva, son immense bateau de 4 mâts et 72 mètres de long, ne sera retrouvée. Reste la légende, celle d'un marin né dans la Nièvre, à quelques encablures de l'Yonne. 

Jean-François Colas, le frère d'Alain. - Maxppp
Jean-François Colas, le frère d'Alain. © Maxppp - Christophe Masson