Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Voile DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Jacques Valente et son "Destination Évian" ont bouclé la Route du rhum

mercredi 5 décembre 2018 à 7:06 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

Il l'a fait ! Le skipper d'Évian-les-Bains (Haute-Savoie) a posé le pied à terre ce mercredi matin vers 6h30 (heure de métropole) à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). C'est la conclusion d'une incroyable odyssée en mer.

Il a franchi la ligne d'arrivée à 6h30 ce mercredi matin
Il a franchi la ligne d'arrivée à 6h30 ce mercredi matin - @epmedias.com

Le Suisse adopté par la Haute-Savoie a posé le pied sur la terre ferme de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) vers 6h40. Parti le 4 novembre de Saint-Malo, le skipper a réussi son défi. 

Fatigue, mais heureux - Aucun(e)
Fatigue, mais heureux - @epmedias.com

"Je suis cramé, mais heureux"

Ses premières déclarations pour France Bleu Pays de Savoie : "Je suis cramé, mais heureux. J'ai pris un Ti'punch en arrivant. C'est une joie indescriptible d'être allé au bout d'un projet de dix ans.  Je pense beaucoup à tous les greffés comme moi. Je leur dis qu'une vie est possible après la greffe même s'ils ne font pas la Route du rhum, bien-sûr !" 

"Je pense beaucoup à tous les greffés comme moi. Je leur dis qu'une vie est possible après la greffe"

Jacques Valente navigue à bord d'un Class40 décoré aux couleurs de la ville d'Evian et  baptisé "Après... c’est trop tard", du nom d'une association qui sensibilise au don d'organes. Le skipper a lui-même été greffé d'un rein.

Jacques Valente termine 33e d'une catégorie, qui comptait 53 concurrents sur la ligne de départ. Beaucoup de casse, d'abandons, dans une épreuve hors norme.

Trente jours en mer dans des conditions dantesques

"Cramé", c'est son expression. Il a dû perdre sept ou huit kilos dans le périple, nous confie-t'il. Imaginez : "Trente jours en mer, avec trois dépressions... Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi dur mais on y est arrivé. Ma plus belle image, c'est avant l'arrivée, quand un bateau avec mes proches est venue me filmer. Là, j'ai tout lâché. Trop d'émotions."

Jacques Valente promet de raconter son périple à Evian dès son retour. Après un bon repos.