Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile
Dossier : JO 2020

Jeux olympiques 2020 : le Briochin Pierre Le Coq veut se faire une place

-
Par , France Bleu Armorique

Troisième aux JO de Rio-2016, troisième des derniers championnats du monde, le véliplanchiste briochin Pierre Le Coq n'est pourtant pas sûr de participer aux JO de Tokyo-2020. En stage à Quiberon cette semaine, il sait que sa performance aux championnats du monde, en février, sera décisive.

Pierre Le Coq espère de nouveau porter les couleurs des Bleus à Tokyo en 2020.
Pierre Le Coq espère de nouveau porter les couleurs des Bleus à Tokyo en 2020. © Maxppp - Frédéric Speich

Saint-Brieuc, France

Il a l'expérience des Jeux, a frôlé le titre mondial en 2019 est à l'aise sur le plan d'eau de Tokyo-2020, avec deux troisièmes places en deux courses disputées... Et pourtant, Pierre Le Coq, 31 ans, ne peut pas s'imaginer dans l'avion pour Tokyo. Le sociétaire du Centre municipal de voile de Saint-Brieuc n'est pas sûr d'être qualifié, et attend la décision du comité de sélection de la fédération. 

La faute au règlement, qui n'autorise qu'un seul athlète par nation en planche à voile. Et la faute à la concurrence tricolore, avec le Calédonien Thomas Goyard et le Brestois Louis Giard. "Il y a régulièrement trois Français dans le Top 10 mondial, la place est très chère, reconnaît-il. Mais c'est aussi cela qui fait la beauté des Jeux olympiques. Pour y aller, il faut vraiment gagner sa place, c'est ce qui en fait un événement exceptionnel". 

Pierre Le Coq avait ramené la médaille de bronze olympique  à Paris en 2016. - Radio France
Pierre Le Coq avait ramené la médaille de bronze olympique à Paris en 2016. © Radio France - Jérémy Lempin

Après une belle année 2019, qui l'a vu prendre la troisième place des championnats du monde de Torbole, en Italie, Pierre Le Coq se retrouve donc à l'aube d'une saison 2020 qui sera, quoi qu'il arrive, décisive. Elle a débuté avec deux stages avec l'équipe de France en janvier, le premier à Brest, le second à Quiberon. Ensuite, il y aura les championnats du monde à Melbourne, du 23 au 29 février. Et enfin , le comité de sélection décidera qui représente la France à Tokyo.

"Il peut y avoir beaucoup de choses en 2020, mais ça peu aussi s'arrêter très vite", concède-t-il. C'est compliqué de se projeter dans un sens comme dans l'autre. Ce que je veux avant tout, c'est aller en Australie, faire le maximum, et ne pas avoir de regrets. On sait qu'on est observé sur ces championnats du monde". 

Beaucoup mieux armé qu'à Rio 

Alors, celui qui exerce aussi comme dentiste devra être chirurgical sur sa planche à voile pour convaincre le comité, face à ses compatriotes. D'autant que lui s'estime prêt, "beaucoup mieux armé qu'à Rio. Depuis 2016, j'ai progressé dans beaucoup de domaines de mon sport." Et s'imagine bien, en plus d'aller à Tokyo, re-goûter aux joies du podium. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu