Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Les Poitevins de la Route du Rhum attendent une fenêtre météo favorable pour repartir

mardi 6 novembre 2018 à 17:46 Par Rivière Isabelle et Vincent Hulin , France Bleu Poitou

Alors que les marins les plus aguerris de la Route du Rhum enchaînent les avaries en mer, les deux Poitevins engagés, Christophe Souchaud et François Lassort, eux, s'impatientent. Les deux participants ont préféré s'abriter à Camaret et Brest en espérant une petite fenêtre météo pour repartir.

François Lassort toujours à Brest attend de se relancer dans la course
François Lassort toujours à Brest attend de se relancer dans la course - François Lassort

Poitiers, France

La série noire continue pour les favoris sur la route du Rhum. Le bateau d'Armel Le Cléach a chaviré au large des Açores. Le navigateur est sain et sauf.... C'est le premier qui chavire sur cette édition de la traversée de l'Atlantique à la voile et en solitaire. Mais d'autres favoris ont subi des avaries majeures. Et beaucoup de concurrents ont décidé de laisser passer la tempête en se mettant à l'abri. C'est le cas des deux Poitevins, François Lassort et Christophe Souchaud qui se sont abrités l'un à Camaret, l'autre à Brest. Ils attendent désormais une fenêtre météo favorable pour repartir. Et ce n'est pas évident ! 

Christophe Souchaud sait qu'il n'a pas le choix, que c'est le temps qui dictera son départ. Mais il souhaite repartir le plus vite possible car les navigateurs ont 30 jours maximum pour boucler la course, sinon ils sont hors-délai. 

François Lassort pour sa part, patiente à Brest au côté d'autres concurrents comme Jean Galfione. Mais il ronge son frein lui aussi. 

"La grosse question et le gros doute maintenant, c'est de savoir quand repartir. Le problème c'est qu'il y a beaucoup de dépressions qui arrivent. Il y en a une très grosse vendredi qui semble plus grosse encore que celle-là. Peut-être partir ce mercredi matin au risque de ne pas passer la pointe espagnole, même si on passe au large, avant vendredi et là, si on prend l'eau, c'est pas mieux non plus."

Et le Poitevin d'ajouter que s'il ne trouve pas de fenêtre d'ici vendredi, il devra attendre dimanche pour se relancer dans la course, ce qui serait une catastrophe car François Lassort, le dit en souriant, il n'a "pas l'intention d'arriver à Pointe-à-Pitre à Noël".