Voile

Les Skippers normands enfin en nombre sur la Transat Jacques Vabre

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 15 septembre 2015 à 15:18

les Havrais Stan Maslard et Charlie Dalin en compagnie de Manuel Cousin
les Havrais Stan Maslard et Charlie Dalin en compagnie de Manuel Cousin © Radio France - Olivier Duc

Pour sa 12e édition dévoilée mardi à Paris, la Transat Jacques Vabre rassemblera 42 voiliers au départ du Havre le 25 octobre prochain. Parmi les 84 skippers qui prendront la route de Itajai et du Brésil : des Polonais, des Brésiliens, des Hongrois et sept Normands.

Ils sont sept Normands à participer cette année à la fameuse Transat en double en respectant la parité administrative : trois Hauts-Normands novices dans la compétition et quatre Bas-Normands habitués à traverser l’Atlantique au départ du Havre. Pour cette 12e édition, la Normandie ne se contente pas de timidement participer mais place quelques candidats à la victoire finale.

Le Caennais Fabien Delahaye (né à Rouen), vainqueur en 2013 en class 40, tentera de rééditer sa performance mais dans la catégorie supérieure, en Imoca, ces monocoques taillés pour le Vendée. Il s’embarquera avec le triple vainqueur Jean-Pierre Dick sur un voilier dernière génération. 

Leur monocoque de 60 pieds sera équipé de foil, ces appendices qui pourraient révolutionner leur classe. « C’est des sortes de petites moustaches qui sortent du bateau, explique Fabien Delahaye. Elles sont sensées faire accélérer le bateau à certaines allures. C’est une sorte de pari technologique de faire évoluer ces bateaux, vers une tendance qui est de les faire voler et bien accélérer grâce à ces appendices ».

« Les bateaux les plus rapides qu’on ait fait pour traverser l’Atlantique »

Le manchot Lionel Lemonchois s’était imposé en 2005 sur un trimaran de 60 pieds. Il sera cette fois-ci engagé sur un « Ultime », ces trimarans de près de 30m de long. « C’est vrai qu’on va attirer les regards. Ce sont des trimarans, des bateaux grands, puissants, à priori les plus rapides qu’on ait fait pour traverser les océans. Après on verra comment cela se passe sur l’eau mais ça va être une belle bagarre. »

Plus modestement, le Cherbourgeois Louis Duc, accompagné cette année du Cherbourgeois Christophe Lebas, tentera de rallier avec succès pour la 3e fois l’arrivée au Brésil sur son class40, le plus petit voilier engagé sur la Transat Jacques Vabre.

Longtemps le Havre s’est désespéré de ne pas avoir de représentant au départ de sa course. Huit ans après la dernière participation de Roger Langevin, deux skippers havrais réaliseront leur rêve de s’élancer de la baie de Seine le 25 octobre prochain. Charlie Dalin, 2e de la dernière solitaire, fait équipe avec celui qui l’avait devancé au classement final, Yann Eliès.

« Ma passion pour le large, je la dois aussi à la Jacques Vabre »

« Quand j’étais au collège, après les cours j’allais sur les pontons admirer les bateaux, se souvient Charlie Dalin. Je pense que ma passion pour la course au large, je la dois aussi à la Jacques Vabre. Y être maintenant, c’est un peu un rêve qui se réalise. »Les deux hommes auront fort à faire en classe Imoca. Avec 2O bateaux inscrits dont cinq flambant neuf, la compétition s’annonce rude entre ces grands monocoques. 

Stan Maslard fera lui équipe avec son ami Arnaud Boissière. A 34 ans, le Havrais habitué de la mini-transat sera au départ non pas pour commenter au micro de France Bleu Haute Normandie comme en 2009 mais bien à la barre. Manuel Cousin a lui obtenu le soutien d’un sponsor Havrais (Groupe Sétin) pour se mêler à la course en class 40. Le skipper amateur de St Valery en Caux délaissera son travail de commercial pour couvrir les 5400 miles séparant le Havre d’Itajaí. « D’être avec tous ces grands skippers qu’on a vu à la télé ou dans les bouquins, cela fait un grand plaisir. Cela impressionne un petit peu. »

Départ unique et bouées au large d’Etretat

Les 42 voiliers devront rallier le Havre avec le 16 octobre à midi. Le village de la Transat ouvrira ses portes le lendemain avec un prologue qui opposera les 84 marins sur le bassin de l’Orne. Le départ sera donné du Havre le 25 octobre à 13h30 avec le passage de deux bouées au large d’Etretat pour assurer le spectacle. Les voiliers prendront ensuite la route du Brésil. Les plus rapides, les Ultimes, pourraient même atteindre Itajaï dès le 3 novembre.