Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile

Route du Rhum : Arkema, le bateau de Lalou Roucayrol, a chaviré

mercredi 14 novembre 2018 à 9:16 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Le skipper originaire du Médoc est en sécurité. Son trimaran Arkema a chaviré alors que le navigateur se trouvait à environ 1 000 milles de l'arrivée en Guadeloupe.

Arkema a chaviré à 1 000 milles de la Guadeloupe.
Arkema a chaviré à 1 000 milles de la Guadeloupe. - © Maxppp

Bordeaux, France

Le multi 50 du médocain Lalou Roucayrol, Arkema, a chaviré ce matin à 8h30 (heure française). Le bateau, 4ème de sa classe dans la Route du Rhum, se trouvait à 1 000 milles de l'arrivée à Pointe-à-Pitre. Il s'est retourné alors qu'il était confronté à un grain très violent. Lalou Roucayrol a pu rapidement prendre contact avec son équipe à terre afin de la prévenir et d'expliquer sa situation. Le navigateur de 54 ans, deuxième de la Route du Rhum en Multi 50 en 2014 et vainqueur l'an passé de la Transat Jacques Vabre, s'est mis en sécurité à l'intérieur du bateau. Il dispose d'eau et de nourriture mais connait quelques difficultés de communication avec la terre. Il ne dispose plus que d'un téléphone satellite et doit économiser sa batterie dans l'attente des secours.

Sauvetage immédiat ou remorquage ?

Il faisait nuit dans la zone où se trouvait Lalou Roucayrol lorsque le trimaran a chaviré. Le navigateur a attendu plusieurs heures que le jour se lève pour évaluer les dégâts sur son bateau. L'organisation de la course attend désormais la décision du skipper : s'il estime que rester sur Arkema est trop dangereux, en raison de l'état du bateau, un bâtiment sera dérouté pour venir le chercher. Si, en revanche, Lalou Roucayrol considère que le trimaran n'est pas trop endommagé, il attendra qu'un remorqueur vienne les récupérer, lui et son bateau. Une opération qui prend prendre "trois, quatre jours" estime la porte-parole du skipper.