Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Route du Rhum : les concurrents vont souffrir de la météo dès lundi soir

dimanche 4 novembre 2018 à 6:31 Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu

Le départ de la 11e édition de la Route du Rhum, ce dimanche, devrait se faire dans des conditions optimales, avec une joli brise de terre. Mais dès lundi soir la météo va se gâter et une grosse dépression va cueillir la flotte.

La dépression va concerner surtout les plus petits bateaux
La dépression va concerner surtout les plus petits bateaux © Radio France - Brigitte Hug

Saint-Malo, France

Les 123 skippers de la Route du Rhum vont franchir la ligne de départ, ce dimanche à 14h, avec une météo plutôt agréable. "On a un vent de terre qui ne forme pas de mer sur la zone de départ.", a expliqué Jacques Caraes, le directeur de course, lors du dernier briefing météo, samedi matin. Un vent de sud-est est attendu, d'une quinzaine de noeuds, qui va permettre aux Ultimes de sortir très vite de la Manche.

Leur vitesse devrait, peut-être, leur permettre d'éviter une dépression qui arrivera sur la pointe Bretagne dans la nuit de lundi à mardi. Mais une grande partie de la flotte ne pourra pas éviter ce front très actif "Ça va donner beaucoup de vent pouvant atteindre en rafales 50 noeuds, de fortes précipitations et en plus une mer forte avec des creux de 6 à 7 mètres.", précise Cyrille Duchesne de Meteo Consult.

Pour nous, ça va être la guerre, mardi et mercredi

"Peut-être que les Ultimes vont pouvoir s'échapper au sud, avec leur vitesse, mais nous on ne sera pas assez rapide. On sait que cela va être dur. On sait que mardi et mercredi, pour nous, çà va être la guerre.", pressent Gilles Lamiré, le marin cancalais qui courre sur un Multi 50,  La French Tech Rennes Saint-Malo. Les skippers devront freiner leur bateau pour passer ce cap, réduire la toile. 

Il n'y a que les Ultimes qui pourraient esquiver la dépression - Radio France
Il n'y a que les Ultimes qui pourraient esquiver la dépression © Radio France - Brigitte Hug

Les bateaux les plus lents pourraient tenter de se mettre à l'abri. Pour Jacques Caraes, "Ils peuvent s'arrêter dans un rayon de 150 nautiques dans tous les ports bretons jusqu'à la Rochelle, voir les côtes anglaises. Il y a des possibilités d'esquive. C'est un acte de bon marin de s'abriter.". Pour le malouin Maxime Sorel qui part sur son Class 40, V and B ce n'est pas une solution. "Il y a une autre dépression qui arrive derrière. Il faudrait s'arrêter cinq jours. Autant ne pas partir alors. "