Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Route du Rhum: un premier pas dans la course au large pour Morgane Ursault-Poupon

dimanche 28 octobre 2018 à 20:45 Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Elle est née l'année où son père, Philippe Poupon, remportait la Route du Rhum en 1986. 32 ans plus tard, c'est elle, Morgane Ursault-Poupon, qui prendra le départ de la transat sur son monocoque de 12 mètres, Fleury-Michon Bio. Un premier pas dans la course au large.

La navigatrice bretonne, Morgane Ursault-Poupon
La navigatrice bretonne, Morgane Ursault-Poupon © Radio France - Brigitte Hug

Saint-Malo, France

La mer fait partie de la vie de Morgane Ursault-Poupon depuis qu'elle est toute petite. Dès l'âge de 4 ans, elle a navigué avec son père. La mer, elle en a même fait son métier: "Les cinq dernières années, j'étais second sur un voilier de charter qui faisait des expéditions dans le Grand Sud, notamment en Antarctique."

Je n'ai rien eu envie d'autre que de naviguer en class 40

. Et puis la jeune femme a eu l'envie de changer d'horizon, tout en restant sur l'eau. Il y a un an, elle a eu l'occasion de naviguer en class 40. Et là, ce fut le déclic, une révélation: "Ce sont des bateaux performants, accessibles financièrement et à taille humaine. J'ai vraiment eu un coup de coeur. Et je n'ai rien en envie d'autre que de naviguer en class 40.". 

Le monocoque de 12 m,  Fleury-Michon - Radio France
Le monocoque de 12 m, Fleury-Michon © Radio France - Brigitte Hug

La jeune femme a trouvé le bateau qui lui convient: "C’est l’un des plus vieux de la flotte mais c’est un bateau solide qui a été bien entretenu.". Elle a trouvé le sponsor titre, Fleury-Michon Bio. "J'ai signé, il y a seulement deux mois. Ce n'est pas parce que je suis la fille de...que c'est plus facile pour moi.". Et elle a trouvé la marraine qui la soutient, la journaliste et présidente de la fondation pour la Nature et l'Homme, Audrey Pulvar: "Je lui souhaite bon vent mais pas trop de vent parce que son bateau est plutôt performant dans le petit temps."

Arriver dans les vingt-trentième, c'est mon objectif

.Pour Morgane Ursault Poupon, c'est une sorte d'épreuve test. Son ambition est d'abord d'arriver et le mieux possible. "C'est une classe très concurrentielle. Il y a 15 prétendants à la victoire. Arriver dans les vingt-trentième, c'est mon objectif.". Si la navigatrice bretonne n'a jamais vraiment régaté, elle est un marin aguerri. Elle a passé le Cap Horn une bonne dizaine de fois.

Grégoire Gonnord (président de Fleury-Michon), Catherine Chabaud (navigatrice), Audrey Pulvar et Morgane Ursault-Poupon - Radio France
Grégoire Gonnord (président de Fleury-Michon), Catherine Chabaud (navigatrice), Audrey Pulvar et Morgane Ursault-Poupon © Radio France - Brigitte Hug