Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"S'il arrive premier mais ne gagne pas, ce serait rageant" : Charlie Dalin s'approche des Sables d'Olonne

Le Vendée Globe s'achève ce mercredi 27 janvier 2021 au soir, avec l'arrivée des skippers les plus rapides aux Sables d'Olonne. Charlie Dalin, originaire du Havre est toujours premier, mais risque de ne pas gagner l'épreuve, au jeu des compensations.

Charlie Dalin à bord d'Apivia
Charlie Dalin à bord d'Apivia © Radio France - Yves-René Tapon

Quasiment trois mois après le départ de la course, le Vendée Globe va connaître son verdict dans les prochaines heures, ce mercredi 27 janvier 2021. Le Havrais Charlie Dalin est en tête du classement, et devrait arriver en premier aux Sables d'Olonne ce soir. 

Seulement, il pourrait ne pas gagner cette compétition, à cause des bonus de temps. Deux poursuivants, Yannick Bestaven (-10 heures) et Boris Herrmann (-6 heures), ont une bonification pour avoir aidé Kévin Escoffier, en grosses difficultés pendant la course : "On espérait que ce scénario ne se produirait pas, déclare sur France Bleu Normandie Antoine Carraz, le directeur technique d'Apivia, le sponsor de Charlie Dalin. Mais déjà, essayons de couper la ligne en premier. Si on ne gagne pas derrière, ce serait rageant, mais il y a des règles. On retiendra qu'il y a eu deux vainqueurs !"

"Il y a une très forte excitation, développe Antoine Carraz. Cela fait 80 jours que l'on suit ça au quotidien, qu'il soit en tête c'est une satisfaction, on espère un dénouement heureux !"

Une place en tête qui le rend encore plus heureux vu les circonstances : le skipper havrais a cassé une pièce de son foil babord, qui l'empêche de maximiser le potentiel de son bateau : "Il a fait 40 jours avec ça, c'est un stress permanent... Quand il est sur le bon foil il va 10 à 15% plus vite." 

Ecoutez l'interview d'Antoine Carraz, sur France Bleu Normandie

Antoine Carraz, directeur technique d'Apivia, sur France Bleu Normandie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess