Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile

Spindrift 2 bat le record entre Ouessant et l'Equateur

lundi 21 janvier 2019 à 12:03 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Le maxi trimaran de Yann Guichard est dans les temps ! La preuve que la fenêtre météo était bonne, l'équipage de Spindrift 2 réalise un nouveau temps de référence sur la descente de l'Atlantique Nord, entre Ouessant et l'Equateur.

Spindrift 2 aligne un premier record, dès l'Equateur
Spindrift 2 aligne un premier record, dès l'Equateur - © Chris Schmid/Spindrift racing

Brest, France

C'est bien parti pour Spindrift 2 ! Si l'organisme WSSRC (celui qui officialise les records à la voile) valide ce temps de passage, ce sera le plus rapide départ sur un Trophée Jules Verne.

4 jours 19 heures 57 minutes, entre Ouessant et l'Equateur c'est 1h 48mn de mieux que leur propre temps de référence lors de la tentative de 2015 (4j 21h 45’).

Par ailleurs, Yann Guichard et son équipage sont en avance sur le temps de passage du détenteur du trophée Jules Verne, IDEC Sport de Francis Joyon.

Vacation au passage de l'Equateur. Yann Guichard :

"On bat notre propre temps, mais la dernière fois on avait été rapides aussi, et ça ne s'était pas bien passé après. Maintenant j'espère que l'Atlantique Sud va un peu s'arranger, et qu'on va encore grappiller quelques heures. Le bateau va bien, tout l'équipage est en pleine forme. On voit que le bateau a du potentiel. Il faut que la météo soit un peu avec nous quand même. En-dessous de 20 nœuds, c'est moins facile pour allonger la foulée."

"On a enchaîné les empannages et les manœuvres, on est passé entre les îles, mais on est là où on voulait être, maintenant, on va affiner notre stratégie pour la suite. On a eu une mer un peu difficile avant les Canaries et avant d'arriver au Cap-Vert, mais on n'a pas eu trop de manœuvres de changement de voile."

"On a vu l'éclipse, là, c'était génial. La lune ça nous met de la lumière depuis le début, la nuit ça aide à slalomer entre les nuages et les grains. Et puis la casquette aussi, c'est vraiment le gros plus sur cette tentative. On accumule moins de fatigue, on est plus au sec, on est plus concentrés sur nos manœuvres."