Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Voile

EN IMAGES - Direction Salvador de Bahia au Brésil pour les skippers de la Transat Jacques Vabre

La Transat Jacques Vabre est partie ce dimanche à 13h15 du Havre, en Normandie, à destination de Salvador de Bahia. Revivez en images ce départ.

Grand départ de la Transat Jacques-Vabre au Havre
Grand départ de la Transat Jacques-Vabre au Havre © AFP - DAMIEN MEYER

Le Havre, France

Les 59 duos se sont élancés à 13h15 dans des conditions très maniables, cap d’abord sur Etretat avant de gagner le large. Revivez le départ grâce aux images de France 3.

Comme d'habitude les skippers devront faire des choix. Mais quelle que soit l’option, la descente vers Salvador de Bahia s’annonce longue…4350 miles de course (7000 kilomètres). Les plus rapides mettront environ dix jours pour traverser l'Atlantique.

Pour cette 14e édition, 59 bateaux (soit 118 skippers) sont engagés dans trois catégories distinctes : 3 en Multi50, 29 en Imoca et 17 en Class40.  Cette année, les multicoques Ultimes ne font pas partie de la course.  

 Alex Thomson et Neal Mcdonald sur l'Imoca "Hugo Bos" - AFP
Alex Thomson et Neal Mcdonald sur l'Imoca "Hugo Bos" © AFP - DAMIEN MEYER

Un public nombreux était présent dès le début de la matinée dimanche pour voir les bateaux quitter les pontons du bassin Paul Vatine.

Le duo Jérémie Beyou - Christopher Pratt a été le premier à sortir du bassin Paul Vatine à 8h15. Coup d'envoi d'un défilé de 29 Imoca, suivis des Multi 50 et des Class 40.  

Un monocoque n'est finalement pas sur la ligne de départ. L'imoca Fortil a pris feu dans la soirée du lundi 21 octobre. Les skippers Clément Giraud et Rémi Beauvais ont dû renoncer à la Transat Jacques Vabre. 

Le départ a été encadré par "Le Flamant", un bâtiment de la Marine Nationale. Il a surveillé les concurrents pour s'assurer que personne ne franchit la ligne fictive avant le coup de canon prévu à 13h15.

Concentration au poste de commandement du Flamant, le navire de la Marine Nationale chargé de coordonner le départ - Radio France
Concentration au poste de commandement du Flamant, le navire de la Marine Nationale chargé de coordonner le départ © Radio France - Théophile Pédrola

Le départ a été donné à 13h15 précise au large de la plage du Havre, avec les 59 bateaux bien alignés sous un ciel clément

16 skippers sont normands. On ne compte plus les bretons. C’est la première fois depuis la création de la Route du café en 1993, que les concurrents sont aussi nombreux à souhaiter braver l’Atlantique en duo.  

Une course sans les Ultimes

Cette année, la catégorie des Ultimes ne figure pas sur la ligne de départ. Ce sont des géants des mers qui mesurent pas moins de 32 mètres de long et sont très rapides. Quand ils naviguent, ils donnent l'impression de voler au dessus de l'eau. Leur vitesse éclipse les autres catégories. Voilà pourquoi les organisateurs ont décidé de les écarter de la Transat Jacques Vabre. 

Lors de la précédente édition en 2017, Thomas Coville et Jean Luc Nélias, les vainqueurs de la catégorie, avaient mis 7 jours 22 heures 7 minutes et 27 secondes pour rallier le Brésil depuis le Havre, loin devant les autres classes. C'est désormais le record à battre. 

Des formules 1 des mers

Trois catégories de bateaux sont donc au départ de la course en double et sans assistance : les multicoques de 15 mètres (Multi50), les monocoques de 18 mètres (Imoca) et les monocoques de 12 mètres (Class40).

Et ce sont bien les Imoca qui pourraient battre des records cette année. C'est très probable avec la nouvelle génération de bateaux, équipés de foils, des ailes profilées qui leur permettent d'aller encore plus vite. En pointe de vitesse, ils vont dix nœuds plus vite que les anciennes génération. C'est le cas du bateau du skipper britannique Alex Thomson (Hugo Boss) ou à celui du Havrais Charlie Dalin (Apivia). 

  - Aucun(e)
-
Choix de la station

France Bleu