Voile DOSSIER : Vendée Globe 2016, l'Everest des mers !

Vendée Globe : bon vent, Kito !

Par Najat Essadouki, France Bleu Gard Lozère dimanche 6 novembre 2016 à 13:58

Kito De Pavant au départ du 8e Vendée Globe
Kito De Pavant au départ du 8e Vendée Globe - ©BastideOtio

Ça y est,c'est parti pour le Vendée Globe 2016. Le départ a été donné ce dimanche à 13h02 précisément. Kito De Pavant et les 28 autres skippers ont largué les amarres pour ce tour du monde : plusieurs mois en mer en solitaire, sans assistance et sans escale.

Le départ du 8e Vendée Globe a été donné à 13h02 mais dès 9h ce dimanche matin, les premiers skippers ont commencé à quitter le ponton où leurs bateaux étaient amarrés depuis trois semaines aux Sables-d'Olonne.

Des milliers de spectateurs étaient amassés le long du chenal et sur les quais pour suivre le départ. Vingt-neuf marins ont pris le départ de ce tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale.

Kito De Pavant participe à son troisième Vendée Globe mais il n'a jamais, pour le moment, réussi à boucler le tour du monde.

En deux participations au Vendée Globe, Kito de Pavant a abandonné deux fois. Après seulement 24 heures de course en 2008, après 44 heures, il y a quatre ans après avoir été heurté par un chalutier. Mais le marin y croit toujours :

"Cette fois c'est la bonne, je vais le faire, ce tour du monde !"

À 55 ans, Kito de Pavant rêve de rallier les Sables d'Olonnes pour la première fois, de passer une nouvelle fois le long du chenal mais dans le sens inverse cette fois.

Kito de Pavant au micro France Bleu d'Anne Patinec

"Quand on quitte le ponton, on largue les amarres et les amours. C'est un symbole, c'est super fort, il y a des larmes", reconnait Kito de Pavant. Sur le ponton, à quelques heures du départ, toute sa famille est présente.

Sa fille Lili de Pavant est fière de son père, fière qu'il se lance dans cette aventure malgré les deux précédents échecs... même si ce n'est pas facile de le laisser partir. "Il y a de la joie mais beaucoup de peur aussi. On est partagé entre la joie immense de le voir partir car on sait qu'il va se faire plaisir mais en même temps, il y a de appréhension."

"Mon père part pendant trois mois dans des conditions très dures. On sait qu'il y a beaucoup de risques, ça fait partie de nous pendant trois mois."

Lilie, la fille de Kito de Pavant, au micro France Bleu d'Anne Patinec