Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le Vendée Globe 2020-2021

Vendée Globe : Jérémie Beyou repart en course dès mardi après-midi

Le skipper breton Jérémie Beyou ne veut pas jeter l'éponge. Il a annoncé ce lundi après-midi qu'il allait repartir dans le Vendée Globe, dès mardi après-midi. Son monocoque a pu être réparé très rapidement.

Jérémie Beyou, avant le départ du 8 novembre
Jérémie Beyou, avant le départ du 8 novembre © Radio France - Jérôme Val

Le Vendée Globe n'est pas terminé pour Jérémie Beyou. Si ses chances de victoire, alors qu'il était un des principaux favoris, se sont envolées, le skipper breton a malgré tout décidé de repartir en mer. Il devrait quitter le port des Sables d'Olonne dès mardi après-midi, avec la marée, vers 15h30. Son monocoque Charal, a pu être réparé dans un temps record.

Il y avait déjà un safran à changer, suite a la percussion avec un objet flottant, mais ce n'est pas le plus compliqué. Techniquement, la difficulté était de réparer un rail d'écoute qui avait cassé. C'est un système qui permet de régler les voiles. Il y de très fortes tensions. Ce n'est pas le rail en lui même mais le support, c'est a dire la cloison,  donc une partie de la structure du bateau qu'il a fallu changer. C'est du stratifié, ce qui est toujours un peu long a réparer. Et puis, il y avait pas mal de bricoles, dit Jeremy Beyou. Des girouettes à changer, la grand voile à réparer, aussi. Elle s'est abîmée suite aux empannages quand le safran s'est cassé.

Le moral est revenu

Visiblement, le moral du skipper est nettement meilleur que lors de son retour, où il se montrait très abattu.  Il a bien l'intention de se bagarrer, non pas pour gagner, mais quand même pour exister sur ce Vendée Globe, même s'il ne veut surtout pas se donner d'objectifs. Et puis, il le dit, il se sent presque obligé d'y retourner, ne serait ce qu'avec tous les soutiens qu'il a reçu, les amis, les connaissances, les proches, mais aussi des anonymes qui ont envoyé des messages.  "Ca, forcément,  ça aide" dit Jérémie Beyou, sans cacher son émotion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess