Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le Vendée Globe 2020-2021

Vendée Globe : les cinq temps forts de la course de Maxime Sorel sur VandB - Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Sur son monocoque mayennais, Maxime Sorel est en passe de boucler son premier tour du monde à la voile et en solitaire. Au cours des 82 jours de course, le skipper de VandB - Mayenne a vécu des hauts et des bas. Retour sur les moments forts de sa course.

Maxime Sorel (VandB Mayenne) est en passe de boucler son premier tour du monde à la voile.
Maxime Sorel (VandB Mayenne) est en passe de boucler son premier tour du monde à la voile. - Jean-Marie Liot

Maxime Sorel s'élance le dimanche 8 novembre 2020 dans l'après-midi après un départ retardé en raison du brouillard pour son premier Vendée Globe. A 34 ans, le skipper cancalais est tout excité de partir pour une aventure de trois mois. Une course remplie de péripéties, de moments forts mais aussi de doutes.

#1 Une place de leader !

Le premier temps fort pour Maxime Sorel intervient rapidement. Au bout de seulement trois jours de course, l'Imoca VandB - Mayenne se retrouve en tête de la flotte ! Nous sommes le mercredi 11 novembre. Un début de course réussi alors que le marin affrontait des éléments déchaînés au large de l'Espagne.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

#2 Le passage de l'équateur

C'est toujours un moment symbolique pour les marins, le passage de l'équateur. Pour Maxime Sorel sur son VandB - Mayenne, le passage dans l'hémisphère sud intervient dans la nuit du 19 au 20 novembre 2020 après 11 jours et 9 heures de course. Il est alors 14e de la course.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

#3 Une importante avarie de voiles

Le jeudi 10 décembre, au 36e jour de course, c'est la douche froide. Alors qu'il navigue dans l'océan Indien, Maxime Sorel constate que deux de ses voiles d'avant sont déchirées. Le Breton a dû patienter près de trois jours pour pouvoir commencer à réparer. Maxime Sorel a aussi dû monter en haut de son mat. Et a passé neuf heures à recoudre. "Je suis totalement cramé. j'ai besoin de me reposer" expliquait le skipper peu après la fin des opérations.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

#4 Des dauphins accompagnent le bateau pour le dernier jour de l'année

Alors que le bateau VandB - Mayenne navigue au milieu de l'océan Pacifique, Maxime Sorel est accompagné par un groupe de dauphins. Nous sommes alors au dernier jour de l'année 2020. Un joli spectacle  qui donne du baume au cœur au navigateur, loin d'imaginer ce qui allait se passer quelques jours plus tard.

#5 Grosse frayeur à l'approche du Cap Horn

Le Cap Horn n'est plus très loin pour l'Imoca vert et noir. Mais le lundi 4 janvier, Maxime Sorel subit la plus grosse frayeur de son périple. Alors qu'il navigue face au vent, le bateau est parti à la faute provoquant la renverse du voilier. Il est passé tout près de la catastrophe : "il y a pas mal de dégâts et c'était vraiment chaud" a déclaré Maxime Sorel, épuisé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

A quelques centaines de kilomètres de la ligne d'arrivée aux Sables d'Olonne, Maxime Sorel a t'il le temps de repenser à tout ce qui lui est arrivé ? Pas sûr, mais les observateurs saluent la course du bizut. Encore quelques heures d'efforts et ce sera le retour sur la terre ferme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess