Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Voile : traversée de l'Atlantique en jeu vidéo pour 28 skippers pro et 100.000 anonymes

A défaut de pouvoir disputer de vraies régates, annulées en raison du coronavirus, les skippers bretons Jérémie Beyou et Maxime Sorel, entre autres, participent à la régate "La Grande Evasion", une course virtuelle jouée par près de 100.000 personnes.

Le jeu Virtual Regatta permet de se mesurer aux pros pendant une traversée de l'Atlantique. Le jeu Virtual Regatta permet de se mesurer aux pros pendant une traversée de l'Atlantique.
Le jeu Virtual Regatta permet de se mesurer aux pros pendant une traversée de l'Atlantique. - Capture d'écran Virtual Regatta

Ils sont près de 100.000, ce lundi, à avoir pris, peu après 13 heures, le départ de La Grande Evasion, une régate entre La Rochelle et Curaçao, en Amérique du Sud. Ils n'étaient pas à la barre de leur bateau, mais derrière leur écran d'ordinateur. Parce que La Grande Evasion est virtuelle, proposé par le site Virtual Regatta , qui organise déjà des simulations des plus grandes courses du monde, comme la Route du Rhum, ou le Vendée Globe. Un événement rare dans le monde de la voile, après les reports des courses, sur l'eau, comme la Transat AG2R ou la Solo Maître Coq. 

Publicité
Logo France Bleu

Alors, au départ, aux côtés des passionnés anonymes, on trouve aussi des marins qui, eux, sont habitués à disputer ce genre de courses "pour de vrai". Comme Armel Le Cléac'h, vainqueur du dernier Vendée Globe, Samantha Davies, Franck Cammas, ou encore le Malouin Maxime Sorel et le Lorientais Jérémie Beyou. 

On fait autre chose pendant une demie heure et paf, on a perdu 3 000 places

"C'est ma première course virtuelle, explique Sorel, confiné chez lui, à Saint-Malo. On essaie de se prendre au jeu, et c'est aussi un petit exercice pour reprendre un peu les fichiers météo, les vrais logiciels de navigation". Alors, en attendant de remonter sur un bateau avec The Transat, dont le départ est pour l'instant toujours prévue le 10 mai à Brest, Maxime Sorel conçoit son futur bateau pour le Vendée Globe, et donc, traverse l'Atlantique depuis son salon. "Pour vraiment se prendre au jeu, il faudrait mettre le réveil au milieu de la nuit, sourit-il. Je le ferais peut être, pourquoi pas, en fonction de ce qu'il y a à faire. Parce qu'à ce jeu, si on fait autre chose pendant une demie heure,  paf, on a perdu 3.000 places." 

Beyou joue avec son fils 

Pour Jérémie Beyou, en revanche, pas question de mettre le réveil au milieu de la nuit. Lui le voit davantage comme un moyen de partager sa passion commune avec son fils de 16 ans, féru de voile lui aussi. "La journée je fais le maître d'école pour lui, et pendant les récréations, on s'y met tous les deux, détaille-t-il. Lui m'explique comment marchent les outils informatique et moi je lui explique la météo". Et alors que son fils était habitué à jouer les régates virtuelles pendant que son père était sur le bateau, les voilà désormais côte à côte dans le salon. 

Publicité
Logo France Bleu