Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Voile : la Solo Maître Coq marque le retour de la course au large et des compétitions sportives en France

Les Sables-d'Olonne, France

Après des mois marqués par l'interdiction de naviguer ou des sorties d'entraînements limitées en nombre et en durée, 30 figaristes prennent le départ de la Solo Maître Coq, à la mi-journée, aux Sables-d'Olonne. C'est la première épreuve de course au large, en France, depuis la levée du confinement.

Armel Le Cléach, lors de la Solitaire du Figaro 2019
Armel Le Cléach, lors de la Solitaire du Figaro 2019 © Maxppp - Marc Roger / Ouest-France

Lâchez-les ! A 13 heures, 30 figaristes prennent le départ de la Solo Maître Coq, la première épreuve de course au large depuis la levée du confinement et première épreuve sportive post-Covid 19 organisée en France.

Le parcours a été réduit à 430 miles, au départ et à l'arrivée de Port-Olona, aux Sables-d'Olonne (Vendée) et mènera les skippers vers Belle-Ile-en-Mer, Yeu et Ré

Initialement prévue le 13 mars, la Solo Maître Coq avait été annulée en raison de la mise en place du confinement. 

Des contraintes nécessaires

"Si vous me demandez mon objectif, c'est avant tout l'éclate. La gagne, on en parlera à la fin", explique Yann Eliès. Pour le Breton, qui a passé le confinement chez lui à Auray, le plaisir de retrouver la régate n'est pas douché par les nécessaires contraintes sanitaires.

Yann Eliès : "On a fait quelques concessions sur les contrôles de sécurité, les contrôles de jauges. On fait un déclaratif sur l'honneur, ce n'est pas un contrôleur qui vient à bord. Mais ça valait le coup pour être au départ."

Pour se réhabituer au rythme de la régate, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) a suivi trois sessions avec le centre d'entraînement de Port-La-Forêt, dont une de 24 heures : "Ce sera un état des lieux après deux mois d'arrêt forcé. En navigant près des côtes, on aura peu de temps pour dormir", explique le Finistérien.

Une météo très changeante

Le Morbihannais Erwan Le Draoulec (Macif) s'attend à vivre tous types d'éléments en 48 heures : "Un départ dans le petit temps, sous le soleil. Mais un premier début de nuit avec des orages, des vents difficiles à prévoir. A la fin, on sera peut-être sous la pluie et dans la brume."

Vainqueur en 2019, Xavier Macaire (Groupe SNEF) sera au départ. L'épreuve est qualificative pour la Solitaire du Figaro, prévue à la fin de l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu