Sports

Voile : 29 skippers en lice pour la 8e édition du Vendée Globe, "l'Everest des mers"

Par Marina Cabiten et Mikaël Roparz, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan et France Bleu mercredi 14 septembre 2016 à 10:20 Mis à jour le mercredi 14 septembre 2016 à 18:54

Les 29 skippers du Vendée Globe 2016 (©Vendée Globe / DPPI / Olivier BLANCHET)
Les 29 skippers du Vendée Globe 2016 (©Vendée Globe / DPPI / Olivier BLANCHET) - Vendée Globe / DPPI / Olivier BLANCHET

Une trentaine de skippers, panachage de sportifs de haut niveau et d'aventuriers, prendront le départ le 6 novembre aux Sables d'Olonne du Vendée Globe, pour beaucoup la plus belle course de voile au monde. L'édition 2016 a été présentée mercredi à Paris.

Vingt-neuf skippers de dix nationalités, panachage de sportifs de haut niveau et d'aventuriers, prendront le départ le 6 novembre aux Sables d'Olonne du Vendée Globe, la course de voile la plus folle, la plus dangereuse... et la plus belle au monde pour beaucoup. Longue de 21.638 milles, soit quelque 40.075 kilomètres, le Vendée Globe est l'épreuve ultime dans la course en solitaire et a souvent été surnommée l'Everest des mers.

L'ancien contre le moderne

La 8e édition de cette course, née en 1989 et qui se déroule tous les quatre ans, sera une nouvelle querelle des anciens contre les modernes. Elle rassemblera en effet pour la première fois des voiliers équipés de dérives droites et des bateaux plus récents dotés de foils, une sorte d'aile sous-marine qui atténue le frottement des vagues pour gagner en vitesse. Cette technologie est une nouveauté.

Depuis des mois, coureurs et architectes s'empoignent sur le sujet : les foils permettent d'aller plus vite à certaines allures mais pas à toutes et, surtout, leur fiabilité (a fortiori sur une course aussi longue) est sujette à caution. Réponse vers le 20 janvier aux Sables d'Olonne.

Neuf skippers de plus

"Cette édition est très ouverte", a déclaré le président de la classe Imoca (les voiliers du Vendée Globe, qui mesurent 18,28 m de long) Jean Kerhoas, lors de la présentation officielle à Paris. "La confrontation entre bateaux 'classiques' et foilers va être intéressante". Le plateau 2016-2017 est particulièrement riche, quantitativement et qualitativement. 29 skippers au départ contre 20 lors de la dernière édition, en 2012, "une progression de 50% et une belle réussite" pour le président de la SAEM Vendée Yves Audinet. Un regret toutefois, il n'y aura aucune femme au départ. Dix nationalités sont représentées. C'est un record dans le Vendée Globe.

Les Français favoris, mais...

Les Français, qui règnent sur la voile océanique en solo depuis des décennies, sont largement majoritaires et seront une nouvelle fois favoris. Riou, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII), deuxième des deux dernières éditions, Sébastien Josse (Edmond de Rothschild), Jérémie Beyou (Maître Coq), Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), Paul Meilhat (SMA) et Morgan Lagravière (Safran) sont quelques-uns des grands espoirs tricolores. Certains étrangers, pourtant, ne leur feront pas de cadeaux, à commencer par le Gallois Alex Thomson (Hugo Boss), qui rêve de faire triompher l'Union Jack aux Sables d'Olonne. La gamme d'âge est assez vaste. Le plus jeune marin (23 ans) est le Suisse Alan Roura (La Fabrique), qui affirme "n'avoir jamais passé plus de trois mois sans naviguer" depuis sa naissance. Le plus âgé (66 ans) est l'Américain Rich Wilson (Great American IV), qui profitera du Vendée Globe pour "se faire des amis et voir des albatros".

Un parcours inchangé mais une zone d'exclusion pour éviter les glaces

Pour cette 8e édition, un “zone d'exclusion des glaces” a été décidée dans les mers du Sud. Cette limite à ne pas franchir a été présentée aux skippers la semaine dernière lors d'une réunion de travail aux Sables d'Olonne. Ce bornage de sécurité pourra être modifié avant le départ voire durant la course en fonction des observations par satellite de l'évolution des glaces. “Nous restons concentrés sur la problématique de la sécurité des hommes qui vont affronter des conditions dantesques à des centaines de milles de toute côte, c'est pourquoi nous collaborons toujours étroitement avec les MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) des pays les plus proches du parcours et nous ferons toujours appel à Alain Gautier en qualité de consultant sécurité ", a précisé l'organisation de la course.

Les bateaux et leurs skippers devront être le 15 octobre au plus tard aux Sables d'Olonne, où un million de spectateurs ont été enregistrés il y a quatre ans pour le départ. Il sera donné cette année à 13h02 le dimanche 6 novembre par SAS le Prince Albert II de Monaco. Le dernier vainqueur de la course est François Gabart en 78 j 2 h 16 min, record à battre.

Partager sur :