Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Stage de pré-rentrée : à quoi ça sert ?

jeudi 27 août 2015 à 6:10 France Bleu Gironde

Pendant que certains profitent encore des vacances, d’autres élèves sont déjà en cours, en cette fin de mois d'août. Une semaine de maths, de français ou d’anglais pour se remettre dans le bain avant la rentrée. Mais finalement, est-ce qu’une semaine de cours en plus, ça change vraiment quelque chose ?

Au lycée du Mirail à Bordeaux, 120 élèves participent au stage
Au lycée du Mirail à Bordeaux, 120 élèves participent au stage © Radio France - Jade Peychieras

Ce qui est sûr, c’est que ça ne peut pas faire de mal. Au lycée du Mirail à Bordeaux, la plupart des élèves qui s’inscrivent au stage de rattrapage ont failli redoubler. C’est donc pour eux le moyen de prouver qu’ils ont travaillé pendant l’été et qu’ils méritent de passer dans la classe supérieure. "Au mois de juin, ils partent avec un cahier de vacances et des exercices à faire pour le stage. Ils seront notés dessus cette semaine", explique Gérard Coucharrière, le directeur de l’établissement.

Rattrapage, mais pas que

Les stages de pré-rentrée sont donc le moyen d’éviter les redoublements inutiles en faisant rattraper le niveau que les élèves sont censés avoir déjà acquis. Mais Christelle Alain, qui s’occupe de l’organisation du stage, y voit une autre utilité : "Ça permet aux nouveaux élèves de s’adapter à leur nouvel environnement. D’autant qu’ils sont une vingtaine par classe, ça leur permet d’être plus à l’aise. Il y a un autre rapport avec le professeur", assure-t-elle.

"Ça leur permet d'être plus à l'aise. Il y a un autre rapport avec le professeur" — Christelle Alain, organisatrice du stage de pré-rentrée au lycée du Mirail de Bordeaux

Pourtant, selon Oscar, qui passe en Terminale L et qui a fait le stage, il y a un décalage entre idéal et réalité : "Cet été, j’ai travaillé, mais ce n’est pas le cas de tout le monde… C’est-à-dire que tout ce qu’on fait, je le sais déjà, c’est un résumé de ce que j’ai déjà vu. Ceux qui n’ont pas fait le boulot, ils apprennent quelque chose. Mais moi je n’apprends rien, du coup…", déplore-t-il. "Ce n’est pas ça l’important", réplique Ghislaine Breelle, qui s’occupe des cours de français. "On sait que certains ne jouent pas le jeu jusqu’au bout, mais il s’agit avant tout de redonner confiance aux élèves. Et puis on sait que déjà, le fait de venir, d’être encadrés, leur donne de meilleures chances de réussir au bac". Car finalement, même si Oscar s’est un peu ennuyé, il l’aura lu, Madame Bovary.

Jade Peychieras