Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Syrie : les experts de l'ONU visés par des tirs, les alliés du régime mettent en garde contre une intervention

lundi 26 août 2013 à 16:24 France Bleu

Selon un porte-parole des Nations-Unies, les représentants de l'ONU chargés d'enquêter sur une présumée attaque à l'arme chimique la semaine dernière ont été visés par tirs ciblés. Des tirs qui provenaient des rebelles, selon le régime. Dans le même temps, les alliés de Bachar al-Assad tentent de dissuader les occidentaux, Etats-Unis en tête, de mener une opération militaire.

Armes chimiques en Syrie : la situation
Armes chimiques en Syrie : la situation © IDÉ

La tension monte encore d'un cran en Syrie : alors qu'ils étaient sur le terrain, dans la banlieue de Damas, pour enquêter sur la potentielle attaque à l'arme chimique survenue mercredi dernier, les experts de l'ONU auraient été visés par des tireurs embusqués. "Le premier véhicule de l'équipe a été déliubérément touché à plusieurs reprises par des tirs de snipers non identifiés ", a déclaré un porte-parole de l'organisation.

Personne n'a été blessé, mais les experts ont dû rebrousser chemin pour changer de véhicule, "la voiture n'étant plus utilisable ". "Toutes les parties doivent coopérer pour que l'équipe puisse mener son important travail ", ajoute le communiqué de l'ONU. Par l'intermédiaire de la télévision d'Etat, le régime de Bachar al-Assad a accusé les rebelles d'avoir procédé à ces tirs. Après ce contretemps, les enquêteurs ont toutefois pu accéder à la région frappée, et rencontrer des blessés.

La Russie "n'entrera pas en guerre "

Dans la communauté internationale, l'hypothèse d'une intervention militaire semble de plus en plus probable. Le Premier ministre britanique David Cameron a écourté ses vacances en raison de la situation en Syrie. Il présidera mardi une réunion du Conseil de sécurité nationale. Downing Street n'a toujours pas officiellement exclu "la possibilité de passer à l'action très rapidement si nécessaire ". Les Etats-Unis, quant à eux, assurent qu'ils n'interviendront pas sans la communauté internationale.

Les alliés de Bachar al-Assad, quant à eux, s'efforcent de dissuader les forces occidentales de préparer une attaque. Pour le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, une intervention sans l'accord de l'ONU serait une "grosse violation " du droit internationale. Quoiqu'il en soit, et même sans accord, la Russie "n'entrera pas en guerre " dans le cas d'une intervention militaire occidentale. L'Irak s'est opposé à l'utilisation de son espace aérien pour une intervention en Syrie. En Iran enfin, l'ayatollah Ali Khamenei a dénoncé une "ingérence étrangère " en Syrie, qui est, selon lui, la raison de la persistance du conflit. 

Mots-clés :

Par :