Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Transports : l'Etat n'a pas fait de cadeau à la Lorraine

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Pas de liaison fluviale, ni ferroviaire vers le Sud mais un possible aménagement de l'A31 pour fluidifier le trafic entre Toul et le Luxembourg. L'Etat n'a pas répondu aux attentes des patrons lorrains.

A31 autoroute 2 voies péage
A31 autoroute 2 voies péage © Maxppp

Au regard de la situation économique de la région, beaucoup attendaient plus. Et particulièrement les patrons. Finalement, l'Etat n'a pas fait de cadeau à la Lorraine pour qu'elle prépare son avenir au mieux. Dans le rapport Duron sur les transports approuvé mercredi par le Premier Ministre,  trois projets importants ne sont pas considérés comme "super prioritaires". Le rapport du député Duron repousse au-delà de 2050 le projet d'électrification de la ligne SNCF Epinal-Belfort qui mettrait ainsi Lyon à 2H40 de la Lorraine contre 4 heures aujourd'hui.

Repoussé aussi, le canal Sâone-Moselle, qui permettrait de désenclaver la Lorraine et d'assurer de possibles liaisons fluviales entre le nord de l'Europe et la Méditerranée. Impossible de trouver les 17 milliards d'euros nécessaires au financement du chantier.

Le seul projet qui soit défini comme prioritaire est l'élargissement de l'A31 entre Toul et le Luxembourg. Le passage à deux fois trois voies pourrait voir le jour d'ici 2030, à condition de trouver des financements supplémentaires. Le projet qui permettrait de fluidifier un axe où circulent 100.000 véhicules par jour est évalué à 1,3 milliard d'euros et à ce jour, le tour de table est loin d'être bouclé.  

Vers un péage sur l'A 31 ? 

Des pistes de financements complémentaires, en provenance de la taxe poids-lourds et des collectivités, sont envisagées. A l'étude aussi, la question sensible de la mise en place d'un péage sur l'A31. Une hypothèse à laquelle tous les élus n'adhèrent pas. C'est le cas par exemple du député-maire (PS) de Fameck Michel Liebgott. "Le péage, je l'imagine davantage sous forme de participation directe. Les frontaliers n'ont pas à payer deux fois. Ils doivent déjà se déplacer pour travailler" , explique le parlementaire.

<button class="rfb-player-button rf-player-button--outlineWhite" data-source-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/bleu/sons/2013/06/s26/net-fbr57a-ca247b78-c270-45b8-9f28-981702da3dfc.mp3" data-source-name="RAPPORT DURON liebgott" data-source-broadcast-type="aod" data-station-id="" data-start-time="" data-end-time="" data-tracking-id="" data-diffusion-uuid="" data-diffusion-title="" data-diffusion-description="" data-diffusion-path="" data-emission-uuid="" data-emission-title="RAPPORT DURON liebgott" data-emission-business-reference="" data-emission-path="" data-clip-type="extraits" data-extract-title="RAPPORT DURON liebgott" data-author="" data-duration="19" data-station-title="France Bleu" data-category="" data-sub-category="" data-is-aod="1" aria-label="RAPPORT DURON liebgott"

RAPPORT DURON liebgott

La député UMP de Thionville Anne Grommerch n'est pas emballée non plus par l'idée d'un péage sur l'A31, mais elle avance une proposition pour éviter aux locaux de payer. "Si on n'a pas le choix de faire un péage, il faudrait mettre en place un système de cartes qui exonère les gens de notre territoire. Ca existe déjà" souligne l'élue d'opposition.

<button class="rfb-player-button rf-player-button--outlineWhite" data-source-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/bleu/sons/2013/06/s26/net-fbr57a-2eb64279-e360-4660-8d1b-06bf12c10abb.mp3" data-source-name="RAPPORT DURON grommerch" data-source-broadcast-type="aod" data-station-id="" data-start-time="" data-end-time="" data-tracking-id="" data-diffusion-uuid="" data-diffusion-title="" data-diffusion-description="" data-diffusion-path="" data-emission-uuid="" data-emission-title="RAPPORT DURON grommerch" data-emission-business-reference="" data-emission-path="" data-clip-type="extraits" data-extract-title="RAPPORT DURON grommerch" data-author="" data-duration="18" data-station-title="France Bleu" data-category="" data-sub-category="" data-is-aod="1" aria-label="RAPPORT DURON grommerch"

RAPPORT DURON grommerch

De son côté, Philippe Tarillon, le président du groupe d'opposition au conseil général de la Moselle, se dit "réjoui" des arbitrages de Jean-Marc Ayrault. Selon lui, le rapport montre que "la Moselle s’inscrit dans les projets de redynamisation économique française" Lire aussi : L'interview de Franz Ehrlacher, vice-président du conseil économique et social de Lorraine en charge de la mobilité et des infrastructures 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu