Un centre de maintenance pour les trains va voir le jour à Bordeaux

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde jeudi 5 juin 2014 à 17:36

Alain Rousset pose la première pierre du centre de maintenance
Alain Rousset pose la première pierre du centre de maintenance © SNCF

L'investissement est important : 25 millions d'euros. La première pierre du centre de maintenance des TER (trains express régionaux) a été posée ce jeudi près de la gare de Bordeaux Saint-Jean.

La première pierre du centre de maintenance pour les TER en Aquitaine a été posée ce jeudi officiellement à quelques centaines de mètres de la gare Saint-Jean à Bordeaux. C'est un bâtiment de 2.000 mètres carrés qui va sortir de terre. Il permettra début 2016 d'assurer les réparations notamment des nouvelles rames Régiolis. Plus de 500 personnes vont y travailler .

La Région Aquitaine a payé intégralement près de 25 millions d'euros pour cet outil. Elle a également investi 650 millions pour les rames neuves, 30 millions d'euros pour la modernisation de 80 gares. Au total, c'est un budget de 244 millions d'euros qui est alloué au ferroviaire. Autant dire que le Président Alain Rousset réclame en retour des efforts de productivité à la SNCF et une exigence de tous les instants en matière qualité de service, qualité de service public.

"Il faut que nous ayons des trains plus disponibles. L'objectif, c'est l'usager. il faut faire circuler le plus de monde possible pour faire gagner le transport collectif." — Alain Rousset, président de la région Aquitaine

La maintenance, c'est-à-dire l'entretien des trains, est essentielle pour la régularité du trafic ferroviaire. Cette maintenance, si elle est invisible pour le voyageur, représente près de 20% de la facture ferroviaire. Pour limiter ces coûts, un travail important a été réalisé pour limiter le nombre de trains différents en circulation. Il y a dix ans, 17 à 20 séries de matériels différents circulaient sur les rails. Aujourd'hui, ce nombre de matériels différents oscille entre trois et cinq séries. Cela permet d'avoir une productivité qui augmente régulièrement chaque année, 2% par an selon la SNCF.

Partager sur :