Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un meurtrier confondu... par l'ADN de son chat

jeudi 15 août 2013 à 13:31 France Bleu

C'est une première en Grande-Bretagne : un meurtrier a été retrouvé grâce à l'analyse de l'ADN de son chat. Des poils de chat avaient été retrouvés sur le corps de la victime. Les analyses ont été croisées avec un fichier constitué par l'université de Leicester.

Le fichier pourrait potentiellement contenir 10 millions d'empreintes ADN de chats
Le fichier pourrait potentiellement contenir 10 millions d'empreintes ADN de chats © MaxPPP

La condamnation remonte au mois de juillet, mais c'est la très sérieuse université britannique de Leicester qui l'a annoncé ce mercredi : pour la première fois en Grande-Bretagne, un homme a été interpellé et condamné pour meurtre. Ce sont les analyses de l'ADN de son chat qui ont permis de le confondre.

L'université de Leicester a créé un fichier générique des félins du pays, à partir des emprintes de 152 chats. Cette base de données a été utilisée pour établir que les poils de chat retrouvés sur le corps d'un homme découvert démembré en juillet 2012 sur une plage de Porsmouth, dans le sud du pays, étaient ceux du chat du principal suspect. 

Dix millions de chats en Grande-Bretagne

Cet élément a été retenu contre le suspect lors du procès. Il a été condamné à la prison à vie. "Nous espérons maintenant publier cette base de données pour qu'elle soit utilisée dans de futures enquêtes criminelles ", annonce le docteur Jon Wetton, médecin légiste a l'origine de ce fichier ADN.

Avec 10 millions de chats de compagnie, qui marquent leur territoire sans le vouloir en laissant des poils sur les vêtements et les meubles, il y a du potentiel. Un fichier similaire existe déjà aux Etats-Unis depuis des années ; il avait permis de confondre un homme pour le meurtre de sa femme en 1996.