Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un militaire arrêté pour un projet d'attaque contre une mosquée

dimanche 11 août 2013 à 20:50 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Un militaire de 23 ans "proche des idées de l'extrême droite radicale" a été arrêté près de Lyon. Il est soupçonné de vouloir tirer sur une mosqué, a annoncé dimanche le ministère de l'Intérieur.

Le suspect a passé quatre jours en garde à vue dans les locaux de la DCRI
Le suspect a passé quatre jours en garde à vue dans les locaux de la DCRI © MaxPPP

Son projet fait froid dans le dos : il voulait "tirer à l'arme à feu contre une mosquée de la région lyonnaise". Le militaire a été interpellé sur la base aérienne de Lyon Mont Verdun, a indiqué dans un communiqué le ministère de l'Intérieur.

Le jeune homme, au terme de quatre jours de garde à vue dans les locaux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), a été déféré dimanche devant la section anti-terroriste du parquet de Paris.

Deuxième attaque islamophobe ?

Le soldat "aurait par ailleurs violemment porté atteinte l'an dernier à une autre mosquée située dans la région bordelaise", ajoute le communiqué. Selon des sources proches de l'enquête, le jeune soldat aurait près de Bordeaux lancé un cocktail molotov sur la porte d'une mosquée, qui n'aurait fait que peu de dégâts et pas de victime.

Le communiqué précise que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls "réitère son engagement le plus résolu à lutter contre toutes les violences s'inspirant des idéologies les plus extrémistes, qui portent atteinte aux valeurs de la République et qui ont pour seul objectif de créer des tensions dans la société et de propager un climat de haine", ajoute le communiqué. "Aucune tolérance ne sera admise", conclut-il.