Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un nouveau scandale autour de la viande de cheval ?

vendredi 30 août 2013 à 8:02 France Bleu

Une enquête judiciaire a été ouverte après qu'un trafic de chevaux a été mis à jour dans l'est de la France. Des chevaux de selle étaient rachetés par un réseau mafieux belge pour les revendre à des abattoirs. Si leur viande était bien commercialisée comme viande de cheval, leur utilisation précédente comme chevaux de selle les rendait impropres à la consommation.

La viande était bien revendue comme viande de cheval
La viande était bien revendue comme viande de cheval © MaxPPP

On promettait aux propriétaires de chevaux une "retraite paisible " pour leurs bêtes : les équidés qui leur étaient rachetés finissaient en réalité à l'abattoir. C'est un vaste réseau de trafic de viande de cheval qui aurait été mis au jour dans l'est de la France.

Des chevaux de selle emmenés à l'abattoir

Selon la Fédération nationale des éleveurs professionnels d'équidés (FNEPE) et la Coordination rurale (un syndicat agricole minoritaire), un "réseau mafieux belge " est à l'origine du trafic. Il aurait réussi à "contourner frauduleusement notre règlementation sanitaire " : ils rachetaient à des centres équestres ou à des particuliers des chevaux de selle et les revendaient à des abattoirs, en falsifiant leurs carnets de santé.

Contrairement au cas du scandale qui a éclaté au début de l'année autour de la viande de cheval, la viande était bien commercialisée comme viande chevaline. Mais les chevaux de selle - qui sont élevés pour être montés par des cavaliers - ne sont pas faits pour finir dans l'assiette. Ils reçoivent, pour une grande partie d'entre eux, "un traitement médicamenteux qui les rend impropres à la consommation humaine ", explique Jacques Largeron, président de la FNEPE.

Les explications de Jacques Largeron de la FNEPE, au micro de Clément Lacaton

Une plainte de centre équestre dans les Ardennes

Le trafic aurait été découvert dans l'abattoir d'Alès (Gard), mais d'autres abattoirs à Pézenas (Hérault) et Valenciennes (Nord) pourraient être concernés. Le ministère de l'Agriculture confirme qu'une enquête est en cours, mais on ne sait pas, pour l'heure, quelle est l'ampleur du trafic.

Le parquet de Charleville-Mézières (Ardennes) ne confirme pas pour l'heure l'existence d'un trafic mais évoque une plainte déposée par un centre équestre. Son propriétaire aurait été contacté pour placer deux de ses chevaux en retraite. Selon son avocat, le maquignon lui aurait promis que les deux chevaux serviraient à encadrer des poulains ; le centre équestre a découvert qu'ils avaient été revendus à un abattoir.