Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un producteur de pêches dénonce l'utilisation de sa marque dans une manifestation

mardi 27 août 2013 à 19:35 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Daniel Erre, producteur de nectarines à Saint-Feliu-d'Avall a découvert à la télévision que sa marque "Fruits du Soleil" avait été utilisée pour dénoncer les marges de la grande distribution. Il n'était pas au courant et n'adhère pas à ces revendications.

C'est en regardant le journal télévisé que Daniel Erre, producteur de pêches et de nectarines à Saint-Felliu-d'Avall a découvert que sa marque "Fruits du Soleil" apparaissait dans une manifestation place de la Bastille à Paris. Une manifestation organisée par des agriculteurs du Lot et Garonne appartenant au Modef (mouvement de défense des exploitations familiales) pour dénoncer les marges de la grande distribution. Mais non seulement Daniel Erre n'était pas au courant que ces fruits allaient se retrouver ainsi sous les caméras dans une opération médiatique, mais en plus il n'adhère pas aux revendications de ces agriculteurs, car lui entretient de très bonnes relations avec la grande distribution qui représente 80 % de sa clientèle.Depuis, ses clients ne cessent de lui téléphoner pour avoir des explications. Daniel Erre a décidé de porter plainte contre le Modef pour le discrédit jeté sur son exploitation.

fruits du Roussillon

Le Modef explique que si ces fruits du Roussillon se sont retrouvés sur les étals parisiens, c'est qu'il a fallu trouver des fruits en nombre pour cette action, le syndicat a donc fait appel à une société extérieure sans savoir d'où venaient les nectarines. Les responsables ajoutent que les actions qu'ils mènent depuis 20 ans profitent à tous les agriculteurs, y compris la société "Fruits du Soleil", la grande distribution serait sans doute moins à l'écoute de cet agriculteur s'il n'y avait pas le Modef pour se battre.