Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une Girondine dans l'attente des réquisitions dans le procès PIP

-
Par France Bleu Gironde

Nathalie Boucher habite Ambarès-et-Lagrave et elle a porté plainte comme 6300 autres femmes victimes des prothèses mammaires PIP. Elle n'a pas pu se déplacer à Marseille, où se déroule le procès depuis près d'un mois. Mais elle attend avec impatience les réquisitions qui doivent tomber demain mardi

Prothèse PIP
Prothèse PIP © Maxppp

Les réquisitions tombent demain, à Marseille, dans le procès des prothèses mammaires PIP. Jean Claude Mas, le fondateur de l'entreprise varoise et quatre anciens cadres de sa société encourent cinq ans de prison pour tromperie aggravée et escroquerie.

6300 femmes ont porté plainte

Le procès a débuté il y a près d'un mois, le 17 avril dernier. La fraude est établie et reconnue par les cinq accusés. Face à eux, 6300 plaignantes. 6300 femmes victimes de ces prothèses mammaires frelatées. Parmi elle, Nathalie Boucher . Cette Girondine habite Ambarès-et-Lagrave. Elle a subi deux reconstructions mammaires après avoir eu un cancer du sein. L'une d'entre elles a été faite avec des prothèses PIP.

"Moi j'ai eu cette prothèse qui m'a fait des désagréments. J'ai pas de doute sur l'état de la prothèse. J'arrive plus à suivre la finalité du procès. Pour moi, ça me parait tellement simple"

"Là, c'est surprenant, je laisse couler, j'attends"

Aujourd'hui elle fait partie des 2800 plaignantes défendues par l'avocat bordelais Philippe Courtois . Elle n'a pas pu se déplacer à Marseille, même si à l'origine elle aurait voulu suivre le procès. Aujourd'hui elle prend un peu de distance avec le quotidien du tribunal

"Je lis de temps en temps. J'ai regardé ce matin, ça devait faire une semaine que j'avais pas suivi. Je lis pas le journal pour savoir. Je me renseigne épisodiquement"

Nathalie Boucher se sent soutenue par ces autres femmes qui ont également porté plainte. Mais pour elle, pas de doute, s'il avait fallu y aller seule, elle l'aurait fait quand même.

"Seule ça me pèserait plus mais là on n'est pas seules. On est toutes pareilles. On devrait toutes êtres indemnisées au même titre"

Nathalie Boucher, partie civile dans le procès PIP: "Pour moi, ce serait simple qu'il soit jugé et puis terminé"

Nathalie Boucher, partie civile dans le procès PIP: "J'espère que Jean Claude Mas sera puni"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess