Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une mutinerie maîtrisée à la prison de Blois

lundi 19 août 2013 à 15:25 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

La mutinerie a éclaté à la mi-journée. Une soixantaine de détenus contestait le diagnostic d'un homme retrouvé mort ce matin. Ils ont saccagé un secteur de la prison avant d'être maîtrisés.

3.499 prisonniers étaient potentiellement susceptibles d'être relâchés
3.499 prisonniers étaient potentiellement susceptibles d'être relâchés © Maxppp

Une soixantaine de détenus ont saccagé un secteur de la maison d'arrêt de Blois. La mutinerie a éclaté ce lundi à la mi-journée avant d'être maîtrisée.

"Les détenus sont en passe d'être réintégrés, les contrôles et vérifications se poursuivent", a déclaré à l'AFP le secrétaire national de FO-Pénitentiaire, David Daems. L'administration pénitentiaire a également signalé la fin du mouvement qui avait éclaté après la promenade, vers 10h30, les détenus contestant le diagnostic concernant un homme retrouvé mort le matin même dans sa cellule. Les médecins l'expliquent par une rupture d'anévrisme.

Pas de blessés

"Les détenus ont d'abord refusé de remonter de promenade, puis ils sont entrés en force et ont investi un secteur de la prison, qu'ils ont saccagé", a expliqué M. Daems. Pour faire face au mouvement, une quarantaine de membres des Equipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) ont été envoyés en renfort depuis Paris. Aucun blessé et aucune prise d'otage n'ont été à déplorer.