Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une rentrée des enseignants "décevante" en Dordogne selon la FSU

-
Par , France Bleu Périgord

Les 4.000 professeurs du 1er et 2nd degré de Dordogne reprennent le chemin des classes ce lundi dans un contexte tendu. Passage à la semaine de quatre jours et demi, réforme de la formation des professeurs. Sur France Bleu Périgord ce matin, Teddy Guitton, le nouveau patron de la FSU en Dordogne, se dit déçue et donne un 10 /20 au gouvernement.

Au niveau national, 36,8% des enseignants du primaire ont annoncé leur intention de faire grève.
Au niveau national, 36,8% des enseignants du primaire ont annoncé leur intention de faire grève. © Maxppp

Comme le veut la tradition, les professeurs précèdent leurs élèves d'une journée. Ils font leur rentrée ce matin, avec "la boule au ventre ", explique Teddy Guitton, le nouveau patron de la FSU, principal syndicat enseignant de Dordogne.

"C'est une rentrée décevante, un peu comme si on prennait un bulletin à la fin de l'année et qu'on dit : il avait les toutes les capacités et il nous sort un 10". Teddy Guitton (FSU)

Réécoutez l'interview ce lundi de Teddy Guitton sur France Bleu Périgord.

Teddy Guitton, patron de la FSU, invité du matin de France Bleu Périgord.

La réforme des rythmes scolaires et le passage à la semaine de quatre jours et demi inquiète le syndicat enseignant. La semaine dernière, la mairie d'Anesse-et-Baulieue a lancé un appel aux bénévoles, "grands-parents, voisins, ami s", pour épauler les animateurs pédagogiques. C'est le cas de plusieurs écoles en difficultés à la veille de la rentrée.

"Certaines communes comme Bergerac et Périgueux ont les moyens, remarque Teddy Guitton, mais les petites communes, comme Annesse-et-Baulieue n'ont pas à portée de main des associations et des personnes ayant des habilitations pour encadrer des enfants. On ne s'improvise pas parents de trois enfants à encadrants de 24."

La rentrée des professeurs intervient une semaine après la publication d'un sondage Opinionways pour la Maïf, qui a montré que huit enseignants sur dix ressentent de la frustration et un manque de reconnaissance de leur travail.

"On a tellement cassé du sucre sur le dos de la profession que cette revalorisation, que cette envie de venir travailler n'existe plus" (Teddy Guitton)

Sur la question de la réforme des retraites ou du pouvoir d'achat, la FSU promet de faire entendre ses inquiétudes et ses revendications le 10 septembre prochain, journée de mobilisation nationale.

"Ce n'est pas parce que la gauche est passée au pouvoir qu'on va se taire", promet Teddy Guitton.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu