VIDEO | Dordogne : une cinquantaine d'agriculteurs périgourdins vont participer au blocage de Paris

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord mercredi 2 septembre 2015 à 16:41

Jean-Mary Eynard l'un des agriculteurs périgourdins qui part à Paris, dans son exploitation de Saint Aulaye
Jean-Mary Eynard l'un des agriculteurs périgourdins qui part à Paris, dans son exploitation de Saint Aulaye © Radio France

Ils vont aider leurs collègues à bloquer Paris. Une cinquantaine d'agriculteurs périgourdins prennent la route très tôt jeudi matin. Objectif: aider leurs collègues à bloquer la capitale. Ils demandent toujours des prix d'achat du lait ou de la viande qui permettent de vivre.

Ils partiront du pont du Cerf tout près de Périgueux en bus à 1h30 du matin cette nuit. Direction : la capitale.

Une cinquantaine d'agriculteurs périgourdins vont bloquer Paris avec des éleveurs venus de toute la France, toute la journée. Ils partent en minibus, aucun tracteur périgourdin ne sera donc présent à Paris.

Ils doivent arriver vers 7h au péage de Saint Arnoult ce jeudi, puis converger avec les autres agriculteurs en direction de la place de la Nation.

Un agriculteur périgourdin installé à Bars, Thierry Dupuy, secrétaire général de la Fédération départementale des producteurs de lait, fera quant à lui partie de la délégation qui sera reçue vers 10h30 à l'Assemblée nationale.

Thierry Dupuy, secrétaire général du syndicat des laitiers en Dordogne explique pourquoi il montera à Paris

Les agriculteurs demandent toujours au gouvernement de tenir sa promesse et d'assurer des prix rémunérateurs pour la viande, le lait, le porc, de prendre aussi des mesures d'urgence pour soulager les trésoreries et supprimer des contraintes administratives qui pèsent sur eux.

Aujourd'hui en Périgord, de nombreux éleveurs laitiers par exemple n'arrivent plus à joindre les deux bouts.

La stabulation de Jean-Mary Eynard à Saint Aulaye - Radio France
La stabulation de Jean-Mary Eynard à Saint Aulaye © Radio France

C'est le cas de Jean-Mary Eynard, éleveur de vaches laitières Prim'Holstein à Saint Aulaye : aujourd'hui, il vend 340 euros la tonne, c'est à dire à perte. Il lui faudrait au moins 380 euros la tonne pour survivre ou tout simplement vivre de son travail, alors il ira manifester à Paris.

Jean-Mary Eynard, éleveur à Saint Aulaye, est désabusé

De nombreux éleveurs en difficulté peuplent cette région du Périgord vert - Radio France
De nombreux éleveurs en difficulté peuplent cette région du Périgord vert © Radio France